La technologie

Une députée Cs de Castilla y León quitte son groupe parlementaire et laisse la motion de censure en l’air

Publication: vendredi 19 mars 2021 23:31

L’avocate des citoyens des Cortes de Castille et León María Montero a annoncé ce vendredi qu’elle quittait son groupe parlementaire en raison du « manque de leadership » en son sein et de « régénération » dans le gouvernement autonome, pour aller au groupe mixte.

Une décision qui intervient à peine trois jours avant que le Parlement castillan-léonais ne débat de la motion de censure soulevée par le PSOE contre l’exécutif du populaire Alfonso Fernández Mañueco, qui gouverne en coalition avec la formation orange.

Avec le départ de Montero, le PP et les C ont perdu la majorité absolue dans les Cortes, ce qui laisse la motion en l’air, qui sera débattue lundi prochain et qui a besoin d’au moins 41 appuis pour avancer, dont elle a déjà assuré 37.

Bien qu’il n’ait pas révélé s’il soutiendrait la motion ou s’il s’abstiendrait, Montero a assuré dans un communiqué que sa décision était « le résultat d’une réflexion approfondie » et « d’un exercice d’honnêteté » avec ses électeurs. De son côté, Cs lui a demandé de délivrer son acte de procuration.

Avec le parlementaire de Salamanque comme avocat non-inscrit, la continuité du gouvernement de Fernández Mañueco – avec Francisco Igea, de Cs, comme vice-président – dépend du fait qu’au-delà du «  oui  » du PSOE (35) et de Podemos ( 2), certains des quatre députés restants – UPL, Por Ávila, Vox ou Montero elle-même – n’ont pas voté en faveur de la motion de défiance.

En ce sens, la représentante de Vox au Parlement de Castilla y León, Fátima Pinacho, a annoncé ce vendredi qu’elle ne soutiendrait pas la motion de censure et a exigé l’avancement des élections régionales, ce qui pourrait ouvrir une voie de négociation avec la PSOE, tandis que les représentants de l’UPL et de Por Ávila ont été ouverts à l’écoute de la proposition socialiste, sans pour autant décider de leur vote.

En tout cas, si la motion de censure ne réussit pas, la décision de Montero ouvre une nouvelle étape dans l’exécutif régional, après avoir perdu la majorité absolue exercée par les 29 avocats du PP ainsi que les 12 que le parti orange possédait jusqu’à présent.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page