La technologie

Un ministre marocain assure que l’Espagne connaissait « le prix élevé » pour « sous-estimer le Maroc »

Publication: mercredi 19 mai 2021 09:02

Le Ministre d’Etat aux Droits de l’Homme et aux Relations avec le Parlement, Mustafá Ramid, a assuré que l’Espagne « savait que le prix à payer pour sous-estimer le Maroc était très élevé » et a indiqué que le pays ne s’était pas conformé au « bon voisinage » pour « accueillir » le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali.

<< L'accueil par l'Espagne du chef des milices séparatistes du Polisario, sous une fausse identité, sans prendre en compte les relations de bon voisinage qui nécessitent coordination et concertation, ou du moins prendre soin d'informer le Maroc, est un acte irresponsable et totalement inacceptable, "A écrit Ramid sur son profil Facebook.

L’arrivée en Espagne de ce dirigeant a été le déclencheur de l’arrivée massive de migrants dans la ville de Ceuta, puisque le gouvernement marocain avait averti il ​​y a une semaine que l’accueil de Ghali en Espagne pour des raisons humanitaires pourrait avoir des conséquences.

« Qu’attendait l’Espagne du Maroc en accueillant le chef d’un gang qui a pris les armes contre lui? », A demandé le ministre marocain, demandant également « qu’aurait perdu l’Espagne si elle avait consulté le Maroc sur l’accueil de cet individu » et  » pourquoi l’Espagne n’a pas annoncé la présence sur son sol de l’individu en question avec sa véritable identité ».

Il a également indiqué que le fait de ne pas avoir informé le gouvernement marocain de l’arrivée de Ghali pourrait être «une preuve de sa conscience (de l’Espagne) que l’acte commis est contraire aux relations de bon voisinage». « Et si c’était le Maroc qui avait commis cet acte? »

Ramid a déploré que l’Espagne ait « préféré » sa « relation avec le Polisario et son mentor, l’Algérie », à sa relation avec le Maroc qui, comme l’a exprimé le ministre, « a beaucoup sacrifié au nom du bon voisinage », qui  » Il devrait faire l’objet d’une attention particulière de la part des deux voisins. »

Laya assure que l’accueil du polisario n’était pas une « agression »

Le ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, a assuré dans une interview à RNE que l’objectif du gouvernement espagnol est de « réorienter la situation » car l’assistance au général du Front Polisario « était un geste humanitaire envers une personne qui était sérieusement malade. »

« Nous n’avons jamais donné à cette réponse un caractère d’agression et nous n’allons pas dégénérer, mais nous allons être fermes dans la défense de nos frontières, de la sécurité et de l’ordre », a-t-il averti.

Laya assure que des explications ont été données sur l’accueil du polisario « à plusieurs reprises » à Rabat et qu’il ne s’est jamais fait « chercher une attaque contre qui que ce soit ». « L’Espagne a toujours été extrêmement prudente dans sa position sur le Sahara, et elle continuera de l’être. L’Espagne est toujours restée ancrée dans la nécessité d’une solution politique », a-t-il déclaré.

Le ministre assure que « l’Espagne a un engagement envers Brahim Ghali » qui est « de lui apporter une aide humanitaire pour son rétablissement » et a averti que s’il a « des problèmes en suspens avec la justice espagnole, il devrait apparaître comme n’importe qui ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page