La technologie

« Tout le monde fait des erreurs et la volonté est claire »

Publié: lundi 31 mai 2021 13:08

Le gouvernement de Pedro Sánchez se rapproche de plus en plus de la grâce aux prisonniers condamnés pour le processus d’indépendance en Catalogne. Cela ressort clairement des déclarations de la vice-présidente Nadia Calviño, qui a assuré que « tout le monde peut faire des erreurs ».

« Ce n’est pas précisément l’opportunité politique qui nous guide, mais de faire ce que nous pensons être le mieux pour la société. Notre volonté est très claire et cette ligne est ce que nous allons suivre », a-t-il déclaré dans une interview à Cope. Calviño a insisté ce lundi sur le fait que le gouvernement est toujours guidé « par l’intérêt général » et en faisant au mieux pour la société espagnole, même si elle est « impopulaire ».

Malgré la volonté du gouvernement, sa principale préoccupation est que la troisième chambre de la Cour suprême renverse les grâces, comme cela s’est produit en 2013 avec celle d’un conducteur suicidaire. Pour éviter cela, la justice travaille déjà à mener à bien dans les prochaines semaines la réforme du crime de sédition qui a été annoncée il y a un an, comme l’a expliqué le journaliste d »El País’ Carlos Cue à Al Rojo Vivo.

Le gouvernement veut réduire de moitié les peines pour ce crime, un argument juridique qui servirait à ce que la troisième chambre n’ait aucune marge pour annuler les grâces, puisque ce crime aurait été actualisé ou, en tout cas, il serait en train d’être changé.

Le PP s’est déjà prononcé sur cette possibilité, qui assure que la réforme du délit de sédition serait « un costume sur mesure » pour les dirigeants indépendantistes. Le porte-parole du parti, Cuca Gamarra, a assuré qu’il s’agissait d’un autre des « grands mensonges de Sánchez » et a averti – encore une fois – qu’ils répondraient par des motions de censure dans les mairies et la collecte de signatures.

La décision sur les grâces sera prise avant la deuxième quinzaine de juillet, probablement entre fin juin et début juillet, selon des sources du PSOE à laSexta.

C’est un problème qui provoque un niveau élevé de préoccupation dans le jeu et ils s’assurent qu’ils sont « conscients » de ce à quoi ils jouent. De plus, ils ajoutent qu’ils se sentent « comme à la croisée des chemins » : « Si nous ne le faisons pas, la législature est terminée et si nous le faisons, nous pouvons perdre les élections.

Le PP assure que les grâces n’épuiseront pas le roi

Le maire de Madrid et porte-parole national du PP, José Luis Martínez-Almeida a affirmé ce lundi que la signature hypothétique des grâces aux dirigeants indépendantistes « ne va pas épuiser le roi » Felipe VI, et a demandé de ne pas mettre lui « dans de plus grandes difficultés ni dans de grandes polémiques ».

« Autant ce gouvernement essaie de déformer la question du pardon et d’impliquer le roi avec la signature, nous, les Espagnols, sommes parfaitement conscients du rôle du roi, de ses pouvoirs et du rôle auquel il est assigné », a déclaré Almeida.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page