La technologie

Sanofi annonce que son vaccin génère une «réponse immunitaire forte» avec une tolérance «acceptable»

Publication: lundi 17 mai 2021 17:34

Sanofi se prépare à rejoindre le reste des vaccins dans la bataille contre le coronavirus. Cela a été confirmé par le laboratoire français, qui a confirmé des données prometteuses après avoir terminé la deuxième phase de l’essai clinique pour tester l’efficacité de sa formule contre le COVID-19. Plus précisément, avec ces flacons, une concentration remarquable d’anticorps a été enregistrée chez les adultes, ainsi qu’une réaction immunitaire considérable dès la première dose. “La forte réponse immunitaire observée après l’administration d’une dose unique chez des patients précédemment infectés souligne le fort potentiel d’un vaccin de rappel”, ont rapporté les chercheurs dans un communiqué.

Les données obtenues ont montré un taux de séroconversion d’anticorps de 95% à 100%. En ce sens, ils affirment que chez les personnes qui avaient déjà souffert du virus, une seule piqûre était suffisante pour créer des niveaux élevés d’anticorps neutralisants. De plus, avec son inoculation, une tolérabilité qualifiée d ‘”acceptable” a été enregistrée et sans présenter, pour le moment, aucun problème de sécurité dérivé de l’injection. Cela permet au laboratoire de passer à l’étape suivante.

Après avoir terminé cette phase de recherche, menée avec la coopération de plus de 700 volontaires du Hondas et des États-Unis âgés entre 18 et 95 ans (c’est-à-dire tous âges auxquels les autres vaccins sont utilisés), ils peuvent démarrer une troisième phase. qui aura un caractère international, avec beaucoup plus de volontaires de différents pays et nationalités. Plus précisément, environ 35 000 personnes participeront à la dernière étape de l’étude, qui sera lancée dans les semaines à venir.

La différence de cette solution par rapport à celles qui sont déjà en cours de commercialisation est que, dans cette dernière période d’enquête, elle souhaite tester son efficacité contre certaines des variantes du coronavirus qui se propagent depuis le début de la crise sanitaire. Plus précisément, s’il montre une résistance aux souches de Wuhan et sud-africaines. «Nous savons que plusieurs vaccins seront nécessaires, d’autant plus que des variantes virales continuent d’apparaître et que le besoin de vaccins de rappel efficaces pouvant être stockés à des températures normales devient plus évident», a déclaré Thomas Triomphe, vice-président mondial de Sanofi.

Ce n’est pas la seule chose qu’ils étudient, car ils cherchent également à mesurer avec précision la capacité à générer une forte réponse immunitaire dans le corps avec une dose plus faible, quel que soit le type de vaccin utilisé. Il ne faut pas oublier que tous ne fonctionnent pas de la même manière: AstraZeneca, Janssen ou Sputnik utilisent un vecteur viral, tandis que Moderna ou Pfizer utilisent la technologie «Messenger RNA». Dans ce cas, Sanofi propose un antigène recombinant (une molécule composée de plusieurs types multiples de protéines qui déclenche une réponse immunitaire) à utiliser avec la technique GSK pour produire des adjuvants (composants pour renforcer l’immunogénicité ou avec la capacité de déclencher une réponse immunitaire de l’antigène qui l’accompagne).

L’objectif de cette alliance est de générer un plus grand nombre de doses, ainsi que de faciliter leur conservation dans des réfrigérateurs normaux (Moderna et Pfizer ont besoin d’une température de -20 degrés et -70, respectivement, pour leur utilisation correcte). Dans tous les cas, étant donné des résultats aussi positifs et prometteurs que ceux enregistrés aux étapes précédentes de l’analyse, ce vaccin pourrait être approuvé par les autorités sanitaires au cours du quatrième trimestre de cette année. Mais ce n’est pas le seul projet de vaccination contre le COVID-19 que le laboratoire français maintient actif.

Fin avril, Sanofi a commencé à collaborer avec la société pharmaceutique Traslate Bio pour développer un antigène basé sur la technologie «Messenger RNA». Selon le PDG Paul Hudson, cette étude montre “des données très encourageantes” montrant que deux doses génèrent “des niveaux élevés d’anticorps neutralisants”. Cependant, les résultats définitifs de ce vaccin sont attendus en 2022. Comme Hudson lui-même l’a reconnu, ce flacon «sera probablement approuvé après le vaccin basé sur la technologie des adjuvants recombinants».

Malgré les bons résultats obtenus par Sanofi, son vaccin est sur le point d’être perdu. Quand il a commencé à enquêter et a proposé une formule, elle a été testée chez l’homme, mais il y avait des problèmes: le vaccin fonctionnait très bien pour les moins de 50 ans, mais très mal pour ceux de plus de 50 ans. non protégés, pour ce qu’ils ont décidé de retarder cette enquête et de continuer à insister par un autre moyen pour trouver un bon recours.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page