La technologie

n’acceptera pas les transferts depuis les ports espagnols

Le gouvernement marocain a annoncé qu’il n’accepterait pas les transferts depuis les ports espagnols, donc cette année il n’y aura pas non plus d’opération Paso del Estrecho.

Cependant, et comme il l’a fait l’année précédente, il permettra l’arrivée de certains navires en provenance de France et d’Italie et toujours avec double PCR pour détecter d’éventuelles infections à coronavirus. « L’opération Marhaba (Bonjour) 2021 sera menée à partir des mêmes points de transit maritime que l’année dernière », a indiqué dimanche le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ainsi, seuls les ports de Sète (France) et de Gênes (Italie) seront activés pour l’arrivée des voyageurs en provenance du territoire européen. « En plus du test PCR présenté à l’embarquement, les voyageurs subiront un autre test à bord pour garantir une sécurité sanitaire maximale pour eux-mêmes et leurs proches », a souligné le gouvernement marocain.

La décision de Rabat intervient en pleine crise bilatérale provoquée par l’accueil en Espagne du leader du Front Polisario, Brahim Ghali, pour « raisons humanitaires », puisqu’il avait contracté le coronavirus.

À ce stade, il y a trois semaines, des milliers de personnes sont entrées dans Ceuta et dans une bataille politique entre Rabat et Madrid qui impliquait l’appel à des consultations de l’ambassadeur du Maroc en Espagne. Le Maroc a par la suite souligné que la présence de Ghali en Espagne « n’est pas la racine du problème » et dénonce « des arrière-pensées hostiles de l’Espagne à l’égard du Sahara, cause sacrée de tout le peuple marocain ».

Selon Rabat, ce qui s’est passé a révélé « la collusion » de l’Espagne « avec les adversaires du royaume pour porter atteinte à l’intégrité territoriale du Maroc », faisant référence au Front Polisario et à l’Algérie, principal soutien du premier.

Listes marocaines A et B

Le communiqué publié ce dimanche par le Maroc reflète également un assouplissement des conditions pour entrer dans le pays par voie aérienne après avoir vérifié une diminution du nombre de cas de coronavirus, il permettra donc aux vols à destination et en provenance du Maroc de reprendre à partir du 15 juin.

« L’espace aérien du royaume (du Maroc) étant toujours fermé, ces vols seront effectués dans le cadre d’autorisations exceptionnelles », a indiqué le ministère.

Par ailleurs, le gouvernement marocain publiera deux listes de pays sur la base des indicateurs de cas et de variantes du coronavirus. Dans la « liste A » figureront les « pays ayant des indicateurs positifs concernant le contrôle de la situation épidémiologique, en particulier la propagation des variantes du virus » selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Les voyageurs de ces pays, qu’ils soient marocains, étrangers vivant au Maroc, citoyens de ces pays ou étrangers y résidant, peuvent avoir accès au territoire marocain s’ils disposent d’un certificat de vaccination et/ou d’un résultat PCR négatif daté d’au moins 48 heures à compter de la date d’entrée sur le territoire national », a expliqué Rabat.

La « liste B » est une « liste restrictive » de tous les pays qui « connaissent une dispersion des variantes ou l’absence de statistiques précises sur la situation épidémiologique ». On y trouve des pays comme l’Algérie, l’Argentine, le Cameroun, Cuba, l’Inde, l’Indonésie, la Lettonie, le Niger, le Pakistan, le Soudan, l’Afrique du Sud, l’Ukraine ou le Venezuela, entre autres. Dans la « liste A » figurent les pays non inclus dans cette « liste B », dans lesquels l’Espagne n’apparaît pas.

Les voyageurs en provenance de ces pays « doivent obtenir des autorisations exceptionnelles avant de voyager, présenter un test PCR négatif dans les 48 heures suivant la date d’entrée sur le territoire national puis subir un isolement médical de dix jours ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page