La technologie

Madrid souffre d’une transmission communautaire de la variante indienne et pourrait devenir la souche dominante en Espagne

Publié: vendredi 11 juin 2021 13:17

L’Union européenne continue de concentrer tous ses efforts sur la campagne de vaccination dans tous les pays membres. Cependant, l’Organisation mondiale de la santé a déjà averti que le taux de vaccination européen est insuffisant pour empêcher une ré-épidémie. Une inquiétude étendue notamment à l’Espagne, qui maintient un taux d’incidence cumulé de 110 points et plus de 3,7 millions de personnes infectées depuis le début de la pandémie.

Bien qu’il n’y ait plus de territoire espagnol en extrême alerte, la peur persiste parmi les présidents et directeurs de la santé des autonomies. C’est le cas de la Communauté de Madrid, où le vice-ministre de la Santé et du Plan Covid-19 de Madrid, Antonio Zapatero, a annoncé de nouveaux cas de variante delta-indienne dans la région. Plus précisément, il a signalé 18 nouveaux positifs de cette souche enregistrés ces derniers jours.

“Cette semaine seulement, 18 cas de la variante indienne ont été détectés, en plus des quatre cas de la semaine dernière, ce qui signifie que nous avons déjà 22 cas”, a expliqué Zapatero lors d’une conférence de presse, particulièrement inquiet en raison de la évolution épidémiologique du territoire de Madrid et du reste de l’Espagne si cette variante gagne en force et en présence dans les jours et semaines à venir, ce qui pourrait générer un nouveau danger d’épidémies en Espagne.

Selon ce qu’a déclaré le vice-ministre madrilène de la Santé, cette variante delta “pourrait devenir la souche dominante dans notre pays dans les semaines à venir”. “En fait, à Madrid, nous avons une transmission communautaire de cette variante”, a déclaré Zapatero, qui a profité de son intervention pour porter une nouvelle fois plainte contre la gestion du gouvernement de coalition pour arrêter la propagation du virus.

Le dirigeant a indiqué que les cas de variante indienne enregistrés ces derniers jours “arrivent par l’aéroport Madrid-Barajas Adolfo Suárez”. De même, il a souligné qu’il n’y a toujours “aucun contrôle effectif” de la part de l’administration centrale pour arrêter l’arrivée de nouveaux cas de COVID-19 qui pourraient survenir via l’aéroport. Actuellement, Madrid a une incidence cumulée de 122,27, ayant enregistré 722 667 infections et 15 376 décès dus à la pandémie depuis le début de la crise sanitaire.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page