La technologie

“L’IA et le taux d’occupation sont élevés”

Publication: jeudi 18 février 2021 18:42

Le ministère de la Santé a ajouté 14 515 nouveaux cas de COVID-19 et 388 décès au cours des dernières 24 heures. Des chiffres qui, ajoutés au dénombrement total, font 3 121 687 infections et 66 704 décès dus à la maladie depuis le début de la pandémie en Espagne.

L’incidence cumulée continue de baisser à 320,81 cas, alors que mercredi dernier Health en signalait 349. Une baisse qui a été observée dans toutes les communautés autonomes, bien que le cas de Melilla et Madrid soit suivi avec inquiétude, menant avec 527 et 456 cas respectivement.

Concernant la pression sanitaire, il y a aujourd’hui 1 063 hospitalisés de moins que la veille et l’occupation au rez-de-chaussée soit près d’un point, soit 13,53%. Malgré le fait que le taux d’occupation des soins intensifs a également baissé de près d’un point de pourcentage (soit 35,39%), un patient sur trois admis dans cette unité souffre de COVID-19.

Actuellement, Madrid est la communauté la plus occupée en soins intensifs, avec 48,43% des patients admis avec COVID, bien que la Catalogne, Castille et León, Ceuta et La Rioja dépassent également 40%.

Le directeur du CCAES, Fernando Simón, a fait remarquer que les infections ont une tendance «à la baisse», même si «elles sont encore des niveaux très élevés»: «Nous sommes également au milieu de la période de prévalence des variantes à risques», a rappelé l’épidémiologiste. C’est précisément dans cette ligne que la ministre de la Santé, Carolina Darias, s’est exprimée ce matin, qui a reconnu que la variante britannique a déjà une extension importante dans notre pays.

Le ministère estime que cette souche du coronavirus, plus contagieuse, représente déjà 20% des nouveaux cas de COVID-19 détectés en Espagne. “La vérité est que les Britanniques circulent largement en Espagne”, a insisté Simón.

Il n’en va pas de même avec les deux autres nouvelles variantes avec une présence dans le pays, le brésilien et le sud-africain, puisque les deux semblent plus contenus et ont une présence moins importante sur le territoire espagnol.

Même ainsi, l’une des sociétés pharmaceutiques qui administre son vaccin contre le COVID en Espagne, l’américain Pfizer, a reconnu qu’une étude suggère que la variante sud-africaine peut réduire la protection de son vaccin de deux tiers, il reste à déterminer si le l’injection sera efficace contre la mutation.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page