La technologie

L’Espagne rectifie et n’exigera aucun test COVID à la frontière avec le Portugal

L’Espagne ne demandera aucune exigence pour les personnes voyageant par voie terrestre entre l’Espagne et le Portugal. Un fait qui s’est déjà produit avant que l’Exécutif ne décide de modifier la réglementation pour entrer dans notre pays, mais qui en raison d’une « défaillance technique » a failli entraîner des tensions diplomatiques.

En ce sens, la confusion vient du document publié par le ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme. Il y était précisé que toute personne qui accède à l’Espagne par voie terrestre doit répondre à l’une de ces trois exigences : un test PCR négatif, un certificat de vaccination (avec au moins 12 jours à compter de la deuxième ponction) ou un certificat qui montre qu’il a surmonté maladie.

Le fait est que, malgré ce que le document explique, le Portugal est un pays qui est exempté de ces règles. Quelque chose que la porte-parole du gouvernement, María Jesús Montero, a dû expliquer ce mardi lors de la conférence de presse après le Conseil des ministres, dans laquelle elle a demandé « des excuses pour la confusion ».

« Le ministère de la Santé a déjà transmis que le déplacement terrestre entre le Portugal et l’Espagne retournera là où il était; il ne nécessitera aucun type de test ni de protocole supplémentaire de ce qui était demandé », a affirmé Montero. Et il a insisté sur les excuses, soulignant que demain la modification sera incluse dans le document.

C’est une nuance que l’Exécutif a dû transmettre après que notre pays voisin ait manifesté un profond malaise, au point de menacer les mêmes exigences. Maintenant, depuis Lisbonne, ils célèbrent le rétablissement de la « gestion normale » de la frontière avec l’Espagne, après que le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, a qualifié le problème de « lacune technique ».

« Aujourd’hui ce malentendu manifeste sera corrigé » et « nous revenons à une gestion normale de la frontière commune, avec une coordination permanente et harmonieuse entre les deux gouvernements », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva. Ainsi, la frontière entre l’Espagne et le Portugal retrouve la situation dans laquelle elle se trouve depuis le 1er mai dernier, pour laquelle aucune limitation n’est établie sur la circulation dans les deux sens.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page