La technologie

L’Espagne ouvre les portes du tourisme britannique et, à ce jour, n’a pas besoin de PCR ni de restrictions

Madrid

Publication: lundi 24 mai 2021 09:19

A partir de ce lundi 24 mai, les voyageurs du Royaume-Uni ont carte blanche pour venir en Espagne. Aucun test PCR. Pas de quarantaine. Ce qui se rapproche le plus d’une visite pré-pandémique dans plusieurs mois, non sans restrictions et, plus précisément, différences.

En ce sens, bien que l’Espagne ait ouvert corps et âme au tourisme britannique, historiquement le plus important pour le secteur, le gouvernement de l’île n’a pas rendu la flexibilité. À ce jour, les autorités britanniques demandent à leurs citoyens de ne pas se rendre dans notre pays à moins qu’il ne s’agisse d’un voyage essentiel. Et seules les îles Canaries sont épargnées, où l’exécutif Johnson voit un risque «modéré».

À la recherche du tourisme le plus important

Le fait que le gouvernement espagnol ait choisi le Royaume-Uni comme premier pays européen à nous rendre visite librement n’est pas une coïncidence. En fait, c’est le résultat de multiples facteurs épidémiologiques, conséquence de l’amélioration du pays britannique ces derniers mois.

À ce jour, nos anciens voisins de l’Union européenne bénéficient de la meilleure situation sanitaire de tout le continent. En fait, le président Boris Johnson a en tête de lever le 20 juin (si la situation le permet) toutes les limitations légales concernant le coronavirus. Autrement dit, dans quelques semaines, la population britannique ne sera peut-être pas obligée de porter un masque ou de garder une distance de sécurité.

Aussi, parmi la population, les premiers voyages commencent pour des raisons purement récréatives. Et, à nouveau en juin, un coup de pouce est attendu du mouvement: le voyagiste britannique Jet2Holidays reprendra ses vols à partir du 24 juin.

Cependant, au-delà de cette amélioration évidente des données due au coronavirus – toujours attentif à ce qui va se passer avec les nouvelles variantes – il existe d’autres raisons supplémentaires d’ouvrir les frontières à la population britannique. Le Royaume-Uni est, sans aucun doute, le pays qui a émis le plus de touristes en Espagne ces dernières années.

Même l’Allemagne, d’où viennent généralement plus de 10 millions de personnes par an (sans compter la baisse due à la pandémie), n’est en mesure de tester les chiffres britanniques. En 2019, selon les données de l’INE, 18 millions de Britanniques nous ont rendu visite, un chiffre qui, ces derniers mois, s’est effondré, au point que pendant un temps la France a occupé le podium des pays qui nous ont envoyé plus de voyageurs.

En juin, ouverture complète

Après cette première approche du secteur du tourisme, le ministère du Tourisme a une autre date marquée en rouge sur le calendrier: le 7 juin prochain, jour où toute personne vaccinée contre le COVID pourra se rendre en Espagne, quel que soit le pays d’origine.

Pour l’instant, il y a déjà quelques pays qui ont la possibilité d’effectuer leurs voyages sans pratiquement aucune restriction, même s’ils sont loin d’avoir un poids dans les statistiques de visites. Il s’agit du Japon (qui a également rejoint la liste ce lundi), de l’Australie, d’Israël, de la Nouvelle-Zélande, du Rwanda, de Singapour, de la Corée du Sud, de la Thaïlande et de la Chine.

Dans tous les autres cas, le RAP restera obligatoire, bien que les pays européens n’exigent aucune autorisation de voyage. Une quarantaine n’est pas non plus nécessaire, comme le font certains de nos voisins. En fin de compte, la saison touristique a déjà commencé, et du secteur ils sentent qu’il y a beaucoup à récupérer. Avec la vaccination à l’esprit, l’intention est de tout changer. « Le début de la fin », selon le Premier ministre.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page