La technologie

L’Espagne fait face à la sixième journée consécutive de manifestations de Pablo Hasél dans un contexte de calme tendu

Mis à jour: dimanche 21 février 2021 21:39

Publié le: 21.02.2021 20:41

L’Espagne connaît une nouvelle journée de mobilisations pour la défense de la liberté du rappeur Pablo Hasél après, pendant plus de cinq jours, de graves altercations et affrontements entre policiers et manifestants et groupes violents. Dans ce sixième appel à manifestations consécutives, la tranquillité règne pour le moment, même si la tension est palpable sur des points comme la Catalogne, théâtre de batailles rangées ces derniers jours. Là, les premiers jets de pierres ont déjà eu lieu contre des policiers et des tentatives ont été faites pour incendier plusieurs conteneurs, sans que la situation ne se soit aggravée pour le moment.

En outre, un groupe de jeunes cagoulés a tenté d’attaquer, une fois de plus, le bâtiment moderniste du Palau de la Música. Mais un homme qui leur a résisté l’a empêché. Cette personne, qui portait une senyera à la main, leur a dit avec force: “Le Palau de la Música n’est pas touché” et leur a demandé de partir. Le groupe a choisi de l’écouter et s’est retourné pour se diriger vers la Via Laietana, où il y a eu quelques moments de tension ce soir. Là, divers manifestants ont lancé des objets contondants sur les agents gardant le bâtiment de la police nationale.

De nombreux fourgons Mossos de la Plaza Catalunya ont également été touchés par des bouteilles, des pierres et d’autres objets, tandis que la police anti-émeute forme une ligne pour contenir les manifestants. Quelques heures auparavant, des membres des Mossos ont filtré les accès à la gare de Sants, à Barcelone, et y ont fermé les accès au réseau de métro pour éviter que la manifestation qui se déroule devant elle ne conduise à des émeutes au sein de cette infrastructure de base. Des sources policières catalanes ont confirmé ces mesures préventives, adoptées par l’appel. Dans certains cas, les agents vérifient les sacs à dos et les sacs des personnes qui souhaitent accéder à la gare, qui a également été fermée par véhicule.

D’autre part, pour assister à ces manifestations, les jeunes de la CUP ont publié leur propre manuel d’instructions sur les réseaux sociaux. En eux, Arran recommande d’assister avec le visage couvert et de couvrir les tatouages ​​des bras pour ne pas être identifié. Il propose également de profiter des matériaux trouvés dans la rue pour construire des barricades. Et faites attention à ce détail: à côté d’un contenant en feu, la recommandation est de “les faire briller pour gagner du temps”.

À ce jour, 101 personnes au total ont été arrêtées, dont une seule a été admise en prison jusqu’à présent, et 82 mossos ont été blessés, presque tous de nature mineure, au cours des cinq nuits d’émeutes en Catalogne après l’emprisonnement de rappeur Pablo Hasel, selon des sources policières catalanes. Mardi soir dernier, première au cours de laquelle il y a eu des émeutes en Catalogne, la police catalane a arrêté 18 personnes, tandis que le lendemain, ce chiffre est passé à 33.

Huit personnes ont été arrêtées lors des émeutes de mercredi, et jeudi, la moins virulente, quatre autres. Hier, samedi, les incidents les plus importants ont été enregistrés jusqu’à présent en raison de l’emprisonnement de Hasel, une nuit au cours de laquelle 38 personnes ont été arrêtées, dont 15 mineurs. Aux arrestations, il faut ajouter les grands dommages économiques résultant des dégâts causés tout au long de ces mobilisations.

Seulement ce samedi 39 conteneurs ont brûlé pour un coût estimé à 58 500 euros. De plus, 600 mètres carrés d’asphalte ont été endommagés; Principalement sur le Paseo de Gracia, le Gran de Gràcia et la Plaza de Lesseps, dont la réparation coûtera 40 000 euros supplémentaires. En outre, on estime que les travaux de nettoyage coûteront près de 31 000 euros (30 950).

Au total, la somme du samedi s’élève à 156 450 euros. À cette facture, il faut ajouter les 725 conteneurs incendiés depuis mardi, ce qui ferait passer l’addition à plus de 900 000 euros. Les commerçants et les hôteliers sont à la limite, car le pillage rejoint désormais les pertes de la pandémie.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page