La technologie

L’Espagne envisage de prendre des mesures

Madrid

Publication: mardi 27 avril 2021 09:51

L’Inde est aujourd’hui l’épicentre du COVID-19 dans le monde. Et étant donné la moyenne de près de 300 000 infections quotidiennes et de plus de 2 000 décès au cours de la semaine dernière, des territoires du monde entier ont commencé à prendre des mesures pour prévenir de nouvelles infections.

L’Australie, l’Iran, le Pakistan, Hong Kong, l’Indonésie, Singapour ou le Canada font partie de la liste des pays qui ont décidé d’annuler tout vol depuis l’Inde. Dans le cas du premier, au moins jusqu’au 15 mai, puisque le Premier ministre australien Scott Morrison demande « de ralentir considérablement le rythme dans les semaines à venir », notamment en confirmant que 95% des nouveaux cas de coronavirus chez les Australiens rapatriés dans le Nord Territoire venu de l’Inde.

En ce qui concerne l’Europe, certains pays ont également commencé à prendre de nouvelles restrictions. Ce sont les cas de la France ou du Royaume-Uni: en France, les ressortissants des pays les plus touchés par les nouvelles souches, comme le Brésil, le Chili, l’Afrique du Sud ou l’Argentine, ne peuvent entrer en France (y compris les DOM-TOM) qu’en cas d’urgence les voyages sont justifiés. Et maintenant l’Inde rejoint ce groupe, où un RAP obligatoire et dix jours de quarantaine seront également nécessaires.

Il en a été de même de l’État présidé par Boris Johnson, car dix jours de quarantaine sont nécessaires pour les voyageurs qui viennent de ce pays. En effet, selon le secrétaire britannique à la Santé, Matt Hancock, 103 cas de la variante indienne du COVID-19 ont été identifiés au Royaume-Uni, dont «la grande majorité avait des liens avec les voyages internationaux».

L’Espagne ouvre la porte pour prendre des mesures supplémentaires

Ce lundi, le directeur du Centre de coordination des alertes sanitaires et des urgences, Fernando Simón, s’est interrogé sur la possibilité de rejoindre ces pays et d’annuler des voyages avec l’Inde, a précisé qu’il s’agissait d’une situation différente, puisque l’Espagne n’a pas de vols directs avec ce pays. En outre, il a rappelé que « il n’est pas prouvé que la variante indienne occupe plus d’espace ou est plus sérieuse ».

Or, comme l’indique Simón lui-même, la variante indienne a la particularité d’avoir deux mutations, de sorte que, bien que les voyages ne puissent être interdits en tant que tels, «des mesures indirectes peuvent être étudiées». Autrement dit, les personnes qui viennent de l’Inde mais qui font une escale dans notre pays en raison de leur voyage, pourraient être sujettes à des changements, entre autres possibilités.

Une souche «  double mutant  »: c’est la variante qui accable l’Inde

La nouvelle lignée de SRAS-CoV-2 d’Inde a déjà été baptisée: son nom est B.1.617, et elle présente une double mutation dans l’épi du virus. Le criblage génétique cartographie la façon dont la souche varie, et cette souche a environ 15 mutations. Bien que ce ne soit pas la première fois que ces mutations sont détectées, c’est le premier cas où elles ont été détectées ensemble.

Cela peut représenter un changement de paradigme dans la lutte contre le COVID-19. Non seulement au niveau national en Inde, mais partout dans le monde. « Ce double mutant semble être à l’origine de 70% des cas qui se produisent en Inde », a indiqué ce lundi à Al Rojo Vivo la vulgarisatrice scientifique et directrice de « Indagando TV », Graziella Almendral.

«D’une part, c’est beaucoup plus contagieux. D’un autre côté, cela pourrait compromettre l’immunité générée par les vaccins et l’infection naturelle que nous subissons lorsque nous subissons le COVID », a ajouté l’expert de laSexta.

Ce «double mutant» n’est pas une question de ces dernières semaines. La première fois qu’un cas a été découvert, c’était en octobre 2020, lorsque les autorités sanitaires indiennes ont enregistré sa détection dans la base de données mondiale GISAID. Depuis février, d’autres pays ont signalé des cas sur leur territoire. Des États-Unis et du Royaume-Uni, en passant par la France, l’Allemagne, la République tchèque, la Suisse ou l’Espagne.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page