La technologie

L’Espagne, devant l’Allemagne et la France en matière de vaccination contre le COVID, et au-dessus de la moyenne de l’UE

Madrid

Publication: samedi 17 avril 2021 06:01

L’Espagne se rapproche chaque jour de l’objectif de vaccination. Même à un rythme qui, depuis le 27 décembre, a provoqué de multiples allées et venues, avec des problèmes d’approvisionnement et des annulations temporaires – la dernière, avec l’arrêt de Janssen. Mais la réalité montre que, par rapport à son environnement, notre pays bénéficie d’une position élevée dans le classement des pays ayant effectué le plus d’injections, notamment dans l’inoculation des premières doses.

Et c’est ainsi que les données le montrent: collectées à partir de Our World In Data (OWID), un portail qui a rassemblé des informations de la plupart des pays du monde, l’Espagne est en avance sur la plupart de ses partenaires de l’Union européenne, dont certains avec dont il partage des similitudes culturelles et démographiques (comme l’Italie ou le Portugal) ou certains des poids lourds de l’UE, comme la France ou même l’Allemagne, qui est proche de la moyenne vaccinale de la plupart des pays membres.

En ce sens, compte tenu des différences de population d’un pays à l’autre, il est intéressant de regarder les données sur le pourcentage de la population vaccinée par rapport à la population totale. Cependant, il faut également tenir compte du fait qu’il existe certaines différences selon la source consultée, car l’OWID, par exemple, utilise les données de la population totale des pays, tandis que le ministère de la Santé, avec les informations de l’INE , établit son pourcentage par rapport à la population totale à vacciner. Par conséquent, ils ne peuvent pas toujours coïncider.

Dans tous les cas, les chiffres montrent la dynamique de ces derniers jours. Comme le montre le graphique suivant, qui représente la vaccination entre le 14 et le 15 avril (dernière date pour laquelle des données ont été collectées), il y a des pays européens qui, oui, en dehors de l’Union, atteignent des chiffres remarquables. C’est le cas du Royaume-Uni, de la Serbie ou de l’Islande, qui ont réussi à augmenter leur pourcentage de premières doses inoculées, tandis que l’Espagne se place dans le «top 10», partageant un pourcentage avec l’Allemagne.

Aux extrêmes, deux enjeux principaux ressortent: d’une part, les données du Royaume-Uni, pays dont les chiffres, aujourd’hui, sont totalement insolubles pour le reste du vieux continent, au point d’être parmi les pays du monde avec un pourcentage plus élevé de la population vaccinée avec une dose.

De l’autre côté de la médaille, la Russie, qui malgré son propre vaccin qui a même été commercialisé dans différentes parties du globe (le bien connu Spoutnik V), avait à peine réussi le 15 avril à mettre une dose à 6 5%. de sa population, selon les données OWID.

Loin d’atteindre tous les objectifs de vaccination

Les données présentées se référaient aux pays qui ont pu inoculer au moins 1 des deux doses du vaccin, mais il est également important de prêter attention au taux de vaccination réel, c’est-à-dire combien de personnes ont reçu le calendrier complet de vaccination. le vaccin – pour comprendre le statut de la race. Et, dans ce cas, l’Espagne perd de la vitesse, compte tenu de la montée en puissance d’autres pays qui avaient mis un pourcentage plus faible de premières doses, comme la Grèce, la Suisse, le Danemark ou la République tchèque.

Même ainsi, malgré la réduction, l’Espagne est très proche de l’Italie (la différence entre les deux est minime, et le 13 avril ils étaient à égalité en pourcentage), tandis que l’Allemagne, la France et le Portugal sont à nouveau en retard (dans ce cas, même en dessous la moyenne de l’Union européenne). Un fait qui met en évidence la nécessité d’accélérer le rythme de l’ensemble du schéma dans la plupart des pays européens.

En immunisation complète, l’Espagne devance l’Allemagne, la France et le Portugal, qui sont en dessous de la moyenne de l’UE

Avril, le mois de la ruée vers: c’est ainsi que le rythme s’est accéléré en quelques semaines

S’il y a quelque chose qui a caractérisé le processus de vaccination des 4 derniers mois, ce sont les arrêts, l’incertitude des approvisionnements et les difficultés à maintenir un taux de vaccination élevé et soutenu. Cependant, tant en Espagne que dans le reste des pays européens, cette tendance a connu un revirement en quelques jours.

Si l’on regarde les données de vaccins totaux inoculés par jours, la progression atteste de la réception massive d’antidotes. Plus précisément, il suffit de regarder les chiffres d’il y a quelques jours: le 4 avril, la moyenne espagnole sur 7 jours laisse un peu plus de 177 000 vaccins en place, tandis que le 13 avril, 12 jours plus tard, 296 889 doses ont été inoculées.

La même chose s’est produite avec certains de nos pays voisins, où la tendance à l’amélioration des approvisionnements (en particulier de Pfizer et AstraZeneca) a généré de bons records dans l’ensemble de l’UE. Même ainsi, encore une fois, le Royaume-Uni connaît une progression différente, mais parce que son taux de vaccination était plus élevé que celui du reste des pays depuis janvier, pratiquement.

Parallèlement, il faut tenir compte du fait que la distribution des vaccins n’est pas la même dans tous les pays, c’est pourquoi l’Allemagne ou la France ont pu inoculer davantage de doses totales, pour des raisons démographiques. Néanmoins, tout ce qui est mis en évidence est la tendance jusqu’à il y a quelques jours, le 15 avril. Selon les prévisions, et conformément à l’objectif du gouvernement, ces valeurs devraient continuer à augmenter pendant le reste du deuxième trimestre 2021.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page