La technologie

Les ministres du PSOE demandent à Sánchez un geste d’autorité devant Podemos: “Nous ne pouvons pas continuer comme ça”

“On ne peut pas continuer comme ça”, “on ne peut pas continuer à travailler comme ça”: telle est la clameur des ministres socialistes consultés par laSexta après les dernières déclarations, actions et fuites de United We Can – comme l’abstention lors du vote sur le Zerolo droit.

Plusieurs ministres, comme l’a appris laSexta, demandent à Pedro Sánchez un geste d’autorité. Ils assurent qu’ils se sentent «comme s’ils étaient au sommet d’un baril de poudre» et croient que le moment est venu pour Sánchez de faire quelque chose contre l’usure dont souffre son gouvernement.

Lorsqu’on leur demande ce que dit Sánchez, ils soulignent qu’il écoute et qu’il est très conscient de la situation, mais tout le monde s’accorde à dire que la coalition avec United Podemos ne va pas se rompre: “Ce n’est pas sur la feuille de route de Sanchez”. Je ne sais pas qu’ils peuvent le permettre, ajoutent-ils et se disent surpris car ce scénario était attendu d’ici un an et demi, mais pas maintenant.

Les déclarations de Pablo Iglesias assurant qu’il n’y a pas de normalité démocratique en Espagne – ce mercredi, en séance de contrôle, a-t-il insisté, devant la défense du président du gouvernement – et le tweet de Pablo Echenique soutenant les manifestations contre l’emprisonnement de Pablo Hasél, provoquent un grand malaise dans le secteur socialiste de l’exécutif.

Déjà cette semaine, après le vote sur la loi sur l’égalité de traitement, Unidos Podemos a déclaré que les lignes rouges avaient été franchies car, à son avis, le PSOE l’avait traitée unilatéralement.

Mais avant cela, le discours d’Iglesias sur le manque de normalité démocratique avait déjà commencé à piquer l’exécutif, qu’il attribuait à une partie de la campagne électorale en Catalogne.

Concernant les troubles de soutien à Hasél, United We Can, à travers Rafa Mayoral, a évité de condamner les manifestations, face aux voix socialistes qui ont condamné la violence des manifestations.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page