La technologie

Le Trésor demande plus d’informations au roi Juan Carlos sur les 4,4 millions de sa dernière régularisation fiscale

Publication: mercredi 12 mai 2021 09:17

Le Trésor a demandé des informations au roi Juan Carlos I sur les régularisations volontaires qu’il a effectuées ces derniers mois. Plus précisément sur le décompte dans lequel l’émérite a effectué un versement de 4,4 millions d’euros sans exigence préalable, comme le confirme laSexta.

L’Agence nationale de l’administration fiscale rappelle à cette chaîne que la ministre des Finances et porte-parole du gouvernement, María Jesús Montero, avait déjà averti en mars qu’avec ladite régularisation « aucun processus ne finirait », mais que des mesures seraient prises pour vérifier que ce processus était « achevé. et véridique « . Maintenant que «El Confidencial» a avancé, plus d’informations ont été demandées à cet égard.

Le roi a effectué un versement au Trésor de 4,4 millions d’euros fin février après avoir payé 678 393 en décembre. Un règlement qui a été effectué pour un don de voyage en jet privé d’une valeur de huit millions d’euros. Ces vols ont été payés par la fondation Zagatka, propriété de son lointain cousin Álvaro de Orleans, comme le révèle le même numérique.

En décembre, l’émérite a payé près de 700 000 euros, y compris les intérêts et les surtaxes sur la dette fiscale qu’il avait auprès du Trésor pour l’utilisation de cartes «Royal black». Un revenu survenu sans exigence préalable, pour lequel l’Agence fiscale n’a ouvert aucun dossier à cet égard. Cette régularisation portait sur le revenu opaque qu’il utilisait entre 2016 et 2018, années où il n’était plus inviolable, et qui étaient à la tête d’un homme d’affaires mexicain.

Le propriétaire des comptes avec lesquels les hôtels, les voyages et les restaurants ont été payés, entre autres, est le Mexicain Allen Sanginés-Krause et l’émérite a disposé de cet argent par l’intermédiaire d’un prétendu chef de file, le colonel de l’armée de l’air, Nicolás Murga Mendoza, selon Anti -La corruption.

Le roi émérite a deux autres affaires ouvertes au parquet suprême, où il est mesuré: l’enquête sur la prétendue collecte de commissions illégales pour les travaux de l’AVE à La Mecque en 2014 (toujours inviolable) et celle liée aux entreprises paradisiaques procureurs.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page