La technologie

Le taux de vaccination pourrait permettre de se passer de masque à l’extérieur début juillet

Madrid

Publication: jeudi 13 mai 2021 06:04

L’Espagne commence à voir la lumière au bout du vaste tunnel que cette crise sanitaire dérivée de la pandémie de coronavirus a signifiée. Les données sur l’évolution épidémiologique et le taux de vaccination dans notre pays ont permis au ministère de la Santé de commencer à travailler sur l’idée de libérer la population du masque dans les espaces ouverts. Le dossier avance apparemment à un bon rythme, même avec ses marges et ses doutes, puisque plusieurs dates sont déjà envisagées dans lesquelles ce plan pourrait entrer en vigueur, ce qui ne semble plus si loin: entre début juillet et mi-août.

La ministre Carolina Darias a déjà annoncé que son portefeuille étudie cette question avec les communautés autonomes, avertissant que le Conseil interterritorial – basé sur des rapports d’experts – sera l’organe qui prendra cette décision. Comme laSexta l’a appris ce mercredi, il y a pour le moment une condition indispensable sur la table pour que le masque ne soit plus obligatoire à l’extérieur: qu’au moins 50% de la population vaccinée soit atteinte, alors que la santé semble pencher en ce moment pour atteindre 70% pour donner lieu à ce scénario.

Le ministère ne fixe pas ce pourcentage au hasard: ce sera lorsque la population espagnole atteindra l’immunité collective contre le COVID-19. Mais peut-on parler de délais exacts pour dire adieu au masque? Pour obtenir un calcul approximatif, vous devez regarder comment le processus de vaccination se développe en Espagne. Parce que même si elle a pris de la vitesse ces dernières semaines, peut-être pas assez pour respecter les temps que Pedro Sánchez a récemment déclarés. Le chef de l’exécutif a souligné ce lundi que notre pays était « à 100 jours – maintenant 97 jours – de la réalisation de l’immunité de groupe », ce qui place ce scénario tant attendu le 18 août.

En tenant compte de la déclaration de Sánchez et avec les données en main, plusieurs dates sont obtenues qui se concentrent entre le milieu et la fin de l’été. Si le calendrier fourni par le gouvernement est respecté et que le taux de vaccination augmente, ce 50% de la population vaccinée envisagée au Conseil interterritorial serait atteint vers la première semaine de juillet. Plus précisément, l’objectif pourrait être atteint le 7, San Fermín. Si les mineurs sont exclus de cette équation parce qu’ils ne sont pas vaccinés, un peu plus de 20 millions d’Espagnols devraient avoir reçu la directive à cette date.

En tenant compte de l’autre extrémité de la fourchette -que 70% que préfère le ministère de la Santé- et des mêmes variables sont prises en compte, face au 18 août, date «  officielle  » pour obtenir l’immunité collective, plus de 28 millions de personnes dans notre pays. Pour résumer les comptes et les approches, on peut dire que le gouvernement central et les autonomies débattent de la possibilité de descendre dans la rue sans masque une fois que plus de 20 millions de personnes ont été vaccinées (prévue le 7 juillet) soit plus de 28 millions ( prévu pour le 18 août). Depuis ce mercredi, en Espagne, 6 502 978 personnes ont déjà reçu la ligne directrice complète (16,2%) et on estime que 40% ont déjà une immunité de 70%.

Pour atteindre les scénarios attendus, 420 000 doses par jour doivent être mises en moyenne; nous sommes à 320 000

Cependant, la vérité est que pour atteindre les objectifs fixés, il serait nécessaire d’accélérer quelque peu le taux de vaccination actuel. À l’heure actuelle, les chiffres et les délais ne s’additionnent pas: s’il y a des jours où des records sont atteints avec plus de 500 000 doses administrées, il y en a d’autres où même pas 300 000 sont atteints. Ce mercredi, 461 154 doses ont été administrées, mais sur la base du nombre de solutions injectées quotidiennement au cours des dix derniers jours, une moyenne de 320 000 par jour sort. Pour atteindre les dates fixées par le gouvernement, il faudrait administrer en moyenne 420 000 par jour, environ 100 000 de plus; en pourcentage, 25% de plus que ce qui est actuellement vacciné si 70% de la population vaccinée doit être atteinte le 18 août.

En revanche, si le rythme ne s’accélère pas et que le processus est maintenu tel qu’il a été appliqué à ce jour – à cela, nous devons ajouter, entre autres facteurs, que davantage de vaccins sont reçus et dans les délais prévus -, il faudrait atteindre cette immunité de groupe. un mois de plus. Je veux dire, nous irions en septembre. Dans tous les cas, le taux de vaccination en Espagne, quelles que soient les prévisions et les situations hypothétiques, ne va pas mal. Depuis le début du processus, notre pays a inoculé 20 623 815 doses (14,2 millions de Pfizer, 1,4 million de Moderna, 4,7 millions d’AstraZeneca et 197 511 de Janssen) sur les plus de 23 millions déjà livrées. Un chiffre encore mieux compris par rapport aux données des pays voisins.

L’Espagne contre le reste de l’Europe

L’Espagne est en tête du tableau de vaccination des pays de l’Union européenne dans plusieurs groupes. Ici, l’application de la première dose a déjà été réalisée chez les personnes de plus de 80 ans, et seuls l’Irlande ou le Danemark nous correspondent. Notre pays est en huitième position sur la liste dans l’administration des doses au groupe âgé entre 70 et 79 ans (92%), étant bien au-dessus des États comme la France, la Grèce ou l’Italie. En ce qui concerne l’administration de la première dose chez les personnes entre 60 et 69 ans, l’Espagne occupe la sixième place (74%), également avec une grande différence par rapport à la France et au Portugal (58% chacun); Grèce (48%) ou Italie (46%).

Cependant, nous sommes en bas de ce tableau dans l’injection au groupe d’âge entre 50 et 59 ans: en position 21 (16%). Mais cela a du sens: la vaccination de masse n’a pas encore atteint ce groupe dans notre pays, sauf dans les cas de travailleurs essentiels ou de grandes personnes à charge, car nous avons choisi de vacciner d’abord les plus âgés contre le COVID-19, les plus vulnérables (95% de ceux qui décédés dans une pandémie avaient plus de 60 ans dans notre pays). Il en va de même dans la tranche d’âge des 25-49 ans (l’Espagne est classée 12 avec 12%) et dans la tranche des 18-24 ans (16e avec 6%). Bien entendu, ces chiffres ne répondent pas uniquement au rythme, les pays ayant adopté des critères différents en fonction de leurs préférences.

Ce que l’on peut déjà voir, c’est comment les pays qui ont atteint des niveaux élevés de vaccination dans leur population pour une raison ou une autre s’adaptent à la soi-disant «nouvelle normalité». C’est le cas du Royaume-Uni, qui a plus de la moitié de ses habitants vaccinés et des chiffres de décès proches de zéro. Là, ils ont à nouveau permis des réunions jusqu’à 30 personnes, la libre circulation des déplacements et des événements massifs avec jusqu’à 10 000 spectateurs, ainsi que la réouverture de nombreux commerces et commerces. Également en Israël, où environ six millions de citoyens – sur une population d’environ neuf millions – ont reçu au moins une dose du vaccin, et environ 53% sont inoculés avec les deux injections, ce qui a conduit le pays à se passer du masque en ouvrir les espaces et oublier les grandes mesures restrictives.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page