La technologie

Le renseignement espagnol estime que la Russie a provoqué la cyberattaque contre SEPE

Publication: lundi 22 mars 2021 17:06

La Russie pourrait être à l’origine de la cyberattaque SEPE, dont le site Web a vu ses services paralysés et est toujours en cours de restauration. La raison pourrait être politique, compte tenu des critiques de l’Espagne à l’encontre de l’opposition russe Navalni ou des frictions militaires en mer Noire, qui ont également resserré la corde.

En ce sens, le journaliste et écrivain Ignacio Cembrero explique que “ces derniers mois, les deux pays européens qui ont eu les pires relations avec la Russie ont été l’Allemagne et l’Espagne”.

Santiago Márquez, expert en cybersécurité, souligne que “ce qu’on a voulu faire est un discrédit du SEPE et donc provoquer un malaise au sein de la citoyenneté”. Le CNI le soupçonne car c’est un virus qui demande généralement une rançon et qui n’est pas couramment utilisé contre les institutions.

Deux semaines se sont écoulées depuis l’attaque et, selon la ministre du Travail, Yolanda Díaz, le système est pratiquement rétabli. Mais ceux qui abordent leurs bureaux ne pensent pas la même chose, ceux qui signalent que le site Web est en panne ou ils ne donnent pas de rendez-vous.

La situation fait affluer les citoyens aux portes de la SEPE, mais les travailleurs eux-mêmes nous disent qu’ils travaillent à moitié gaz et que dans certaines branches ils ne peuvent pas traiter de nouvelles prestations.

Manuel Galdeano, coordinateur du CSIF chez SEPE, dit que cela “implique qu’il sera très difficile avant la fermeture de la paie de gérer tous les avantages que nous avions en suspens en plus de ceux que nous n’avons pas pu traiter et gérer”

Environ trois millions de personnes perçoivent des allocations de chômage et il y a près de 900 000 travailleurs chez ERTE. Mais le ministre insiste: “Aucun citoyen n’aura des retards dans ses paiements”. Díaz demande le calme et que personne ne soit avec les cybercriminels.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page