La technologie

Le PSOE demande au Bureau d’enquêter sur l’inscription d’un autre candidat sur la liste PP

Le PSOE a dénoncé au Conseil électoral un autre candidat de la liste du PP pour les élections du 4 mai. C’est le «numéro 56» dans la liste d’Isabel Díaz Ayuso, Ana Vanesa Torrente.

Les socialistes demandent que son enregistrement fasse l’objet d’une enquête car il avait un « quartier administratif récent » avec Murcie, où il a occupé de nombreux postes au sein du gouvernement autonome, comme celui de secrétaire général du ministère de la présidence et de la justice du gouvernement de Murcie, et Secrétaire général des services juridiques.

La décision intervient un jour après que la justice a ordonné l’expulsion de Toni Cantó et Agustín Conde de la liste du PP à Madrid, considérant qu’ils sont « inéligibles » parce qu’ils ont été enregistrés après la date limite. La même chose se produirait, fait valoir le PSOE, avec Torrente.

Dans leur lettre, ils détaillent que le candidat a présenté, comme pièces justificatives de la satisfaction des exigences pour la présentation de la candidature, un DNI où il apparaît domicilié dans la Communauté de Madrid « délivré le 29 mars 2021, qui a une date de validité jusqu’en mars 29, 2031. « 

Ayant exercé à Murcie, ils comprennent que « ladite documentation ne prouve pas l’existence d’un quartier administratif dans la Communauté de Madrid avant le 1er janvier 2021, date de clôture du recensement pour le processus électoral appelé, qui attribuerait le statut d’électeur, et , par conséquent, d’éligibles, sans mettre en évidence d’éléments crédibles, ajoutés qui pourraient prouver une telle condition « .

Si ledit « voisinage » n’est ni prouvé ni corrigé, le PSOE estime que « cela devrait conduire à son exclusion en tant que candidate, de la même manière qui a été convenue judiciairement à l’égard des deux autres candidats dans la même situation ».

Le PP rejette l’expulsion de Cantó y Conde devant la Cour constitutionnelle

Juste un jour après avoir appris que les deux candidats étaient « inéligibles », les populaires ont défendu dans un recours devant la Cour constitutionnelle qu’il n’y avait aucune obligation d’enregistrement avant la clôture du recensement.

Pour sa part, la dirigeante du PP à Madrid a fait valoir qu’une campagne «ne change pas en raison d’un problème bureaucratique» et a déjà avancé qu’elle avait des «alternatives» si la décision de la Haute Cour est contraire aux attentes de son parti.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page