La technologie

Le plan de relance que l’Espagne enverra à Bruxelles envisage de limiter les types de contrat de travail à trois

Le plan de relance, de transformation et de résilience que le gouvernement enverra à Bruxelles en avril envisage des réformes du marché du travail qui incluent la simplification des types de contrats en Espagne à un total de trois, afin de réduire la dualité du marché. Selon le document de plus de 200 pages dans lequel les réformes et les investissements du Plan que le président du gouvernement, Pedro Sánchez, présentera devant le Congrès des députés, les trois types de contrat seraient «  stables  » pour l’ensemble de la activités, une autre «temporaire» pour celles de cette nature et une «formation» pour l’insertion, en particulier, sur le marché du travail.

«La réduction de la dualité est l’élément fondamental pour aligner le marché du travail espagnol sur les plus avancés de notre environnement, renforcer les investissements dans le capital humain et réduire la précarité et les écarts sociaux», fait valoir l’exécutif dans le Plan. Pour cette raison, un programme de réforme est proposé qui vise à réduire l’emploi temporaire, le chômage structurel et le chômage des jeunes jusqu’à atteindre la moyenne européenne.

Ce point inclut également l’impulsion de nouveaux instruments de «flexibilité interne» alternatifs au licenciement et à l’intérim élevé, à travers les mécanismes d’ajustement du temps de travail face à des baisses cycliques ou extraordinaires de la demande et les processus de transition structurelle qui l’accompagnent. dans les secteurs reconvertis. Le gouvernement envisage également dans son plan de réforme du marché du travail la garantie d’un travail décent grâce à une réglementation adéquate du télétravail, des distributeurs et sous-traitants de plateformes numériques, ainsi que la modernisation des mécanismes de négociation collective.

Cette réforme, comme le souligne l’exécutif, doit être abordée dans le cadre du dialogue social, visant à réduire le chômage structurel et le chômage des jeunes, à corriger la dualité, à améliorer le capital humain, à moderniser la négociation collective et à accroître l’efficacité des politiques publiques. D’emploi. En outre, un coup de pouce sera donné aux politiques actives de l’emploi, en les orientant vers la formation des travailleurs dans les domaines qui exigent les transformations que nécessite l’économie et, d’autre part, la numérisation du SEPE sera une réforme importante qui contribuera à la modernisation. et l’efficacité des services de l’emploi.

L’investissement dans les politiques publiques pour un marché du travail «dynamique, résilient et inclusif» atteint 2 363 millions, avec un accent sur l’emploi des jeunes, des politiques de soutien à l’activation de l’emploi et de nouveaux projets territoriaux de rééquilibrage et d’équité. Pour sa part, la réforme des retraites que le Gouvernement entend entreprendre vise à assurer la viabilité financière du système à court, moyen et long terme, à maintenir le pouvoir d’achat, à préserver son rôle de protection contre la pauvreté et à garantir l’équité intergénérationnelle.

Ainsi, et sur la base de l’approbation des recommandations du cadre du Pacte de Tolède, le gouvernement propose la mise en œuvre d’un paquet de mesures complémentaires qui sera porté au dialogue social et comprendra la séparation des sources de financement, la mise en œuvre de la mise en œuvre d’une pension. mécanisme de revalorisation garantissant le maintien du pouvoir d’achat ou la poursuite du processus de rapprochement de l’âge effectif de la retraite de l’âge légal par des incitations à retarder la retraite et l’ajustement des éléments de distorsion dans la réglementation de la préretraite.

Par ailleurs, l’adaptation aux nouveaux modèles de carrière professionnelle de la période de calcul pour le calcul de la pension de retraite, l’intégration et la convergence des différents régimes de retraite, comme ceux des indépendants, avec un nouveau système de cotisation à la Sécurité sociale selon le revenu réel et la modification du complément de pension de maternité par une nouvelle conception, dans le but de compenser le coût que la naissance et la garde des enfants ont pour les parents, principalement pour les mères. La révision du système de sécurité sociale complémentaire est également proposée, favorisant son développement dans le domaine des entreprises et «l’adaptation» de l’assiette maximale de cotisation du système.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page