La technologie

Le Pays Basque impose une taxe de 10 euros le mètre carré sur les appartements vides depuis plus de deux ans

Publié: mercredi 09 juin 2021 11:22

Le gouvernement basque a approuvé un décret qui impose une redevance de 10 euros par mètre carré et par an pour les appartements inhabités depuis plus de 2 ans, et qui inclut également le « loyer forcé » dans les zones à « demande avérée » de logements. comme l’« expropriation » dans les « cas extrêmes ».

Le ministre du Logement, Iñaki Arriola, a indiqué que la réglementation est « très garante » et recherche la mobilisation d’appartements qui, de manière « continue et injustifiée », restent vides pour répondre à la demande sociale existante.

Arriola a expliqué qu’il y a 15 134 maisons en Euskadi qui pourraient être affectées par le décret, bien qu’elles doivent être soumises à une analyse pour vérifier qu' »il n’y a aucune justification pour être vide ».

Le décret exclut de la peine vers les résidences secondaires, les cas de mutation temporaire pour cause de travail, de santé, de dépendance ou d’urgence sociale et les logements proposés à la vente ou à la location au prix du marché pendant une durée minimale de trois mois.

Sont également exonérés les appartements affectés à l’administration pour la location protégée, ceux des entités à but non lucratif pour accueillir les migrants, les personnes handicapées ou les victimes de violences de genre et ceux qui sont en cours de réhabilitation ou n’ont pas les conditions minimales d’habitabilité.

Les personnes chargées de prouver qu’un logement est vide et d’effectuer les contrôles sur le registre et l’identification des consommations anormalement basses d’électricité, d’eau et de gaz, seront les municipalités », bien que de manière subsidiaire le gouvernement basque puisse également le faire. « 

La procédure comprendra une « procédure d’audience » au cours de laquelle la déclaration de logement inhabité pourra être arrêtée en démontrant les hypothèses retenues, en l’intégrant dans les programmes publics de location sociale ou en la mettant en vente ou en location au prix du marché.

Une fois inscrites au Registre Autonome des Foyers Inhabités, les communes imposeront la redevance annuelle de 10 euros par mètre carré utile, qui sera majorée de 10 % pour chaque année de chômage, avec un maximum de trois fois le montant initial.

Ce sera un canon fiscal supplémentaire, dont le produit ira aux politiques de logement de la municipalité. Le décret prévoit la possibilité d’obliger les propriétaires à louer l’appartement dans le cas où il est situé dans des zones qui ont été précédemment déclarées comme « zone de demande et de besoin de logement accrédités ».

Pour cela, il faut qu’il y ait « au moins 100 candidats » à la location enregistrés à Etxebide « dont les demandes n’ont pas été traitées au cours des deux années précédentes et que les prix moyens de location sont « au moins 10% supérieurs » au loyer moyen du emplacement.

Ces surfaces seront déclarées par arrêté du conseiller au logement à la demande des communes elles-mêmes « ou d’office ». La location forcée pourra être faite dans les logements qui restent vides un an après leur déclaration d’inhabité et obligera à disposer « pour un maximum de cinq ans – prorogeable pour cinq autres – du logement en location publique ».

Les propriétaires percevront un revenu locatif ou, à défaut d’accord, une indemnité. Pour les « cas les plus extrêmes », le décret institue « l’expropriation forcée », qui s’appliquera aux appartements vides depuis plus d’un an dans les zones de demande agréée lorsque cette possibilité « est suffisante pour garantir leur utilisation » ou en cas de « risque de ruine » ou le non-respect des normes de conservation qui entraîne une insécurité pour les personnes.

Dans ces situations, la priorité sera donnée à la réhabilitation et à sa mise à disposition des associations à but non lucratif. Si la maison n’est plus vide, les propriétaires doivent en informer l’administration afin que la déclaration soit révoquée et qu’elle cesse d’être inscrite au registre des logements inhabités.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page