La technologie

Le parquet insiste pour retirer l’affiche Vox car elle constitue « une stigmatisation intolérante et préjudiciable » à l’encontre des mineurs non accompagnés

Madrid

Publication: lundi 26 avril 2021 17:33

Le parquet provincial de Madrid a interjeté appel devant le tribunal d’instruction numéro 53 de Madrid contre l’ordonnance refusant la mesure de précaution dans laquelle il demandait le retrait d’une affiche électorale de Vox, une annonce dans laquelle il est indiqué que les mineurs non accompagnés reçoivent 4,7000 euros par mois tandis que les retraités perçoivent 426 pensions.

Selon le bureau du procureur, la caractérisation d’un mineur non national de la manière qui est affichée sur l’affiche publicitaire constitue « une stigmatisation négative, intolérante et préjudiciable » envers l’ensemble du groupe. Elle affirme également qu’elle génère «l’hostilité et le rejet social à l’égard de ces mineurs, leur objectivation et déshumanisation, et constitue une atteinte à la dignité de l’ensemble du groupe»; quelque chose qui, pour le parquet, a été fait « publiquement en plaçant l’affiche dans l’une des stations de métro ayant le plus grand afflux d’utilisateurs du service de transport public ».

Par conséquent, l’appel déclare que l’affiche viole la liberté d’expression de l’annonceur. Concernant l’affirmation du juge selon laquelle l’acte dénoncé n’a pas d’apparence criminelle, le pourvoi soutient que le message diffusé vise à «approfondir l’idée du coût social d’un mineur non accompagné face à celui d’un retraité, questionnant ainsi son éthique et caractère juridique, transférant une image totalement préjugée d’un mineur étranger et d’un délinquant, puisque l’image d’une jeune personne à la peau sombre masquée et encapuchonnée est un concept social commun et stéréotypé « .

L’appel ajoute même que l’image utilisée dans l’affiche n’est pas «anodine», car il est «évident que ce qui est recherché est d’obtenir une prédisposition sociale négative à l’égard de ce groupe, sa déshumanisation, basée sur l’idée préjugée du criminel. la nature de ces mineurs, qui à son tour empêche une coexistence normalisée dans les zones où ils se trouvent, faisant partie de cette idée du discours entretenu par certains groupes sociaux « .

Ainsi, dans sa lettre, le ministère public demande à nouveau au juge d’adopter à titre conservatoire le retrait de l’affiche dénoncée, ainsi que « toutes celles au contenu identique affichées dans tout autre espace publicitaire et placées par l’annonceur dénoncé », réitère. Parce qu’il souligne que le caractère «fondamental» et «substantiel» du droit à la liberté d’expression «n’a pas un caractère absolu lorsqu’il entre en conflit avec des droits juridiques également protégés par la Constitution».

Le parquet souligne que si les affiches étaient enlevées, la « dignité » et la « sécurité » du groupe vulnérable des mineurs non ressortissants seraient protégées sans violer le droit du parti politique Vox de faire de la propagande électorale, car « la publicité l’espace contracté et occupé par l’affiche dont il demande le retrait peut à nouveau être occupé par de la propagande visant à demander des votes dans la campagne. « 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page