La technologie

Le parquet fait appel du dossier de la plainte du PSOE contre Vox pour le cartel des mineurs étrangers

Madrid

Publication: samedi 1 mai 2021 10:33

Le parquet provincial de Madrid a interjeté appel devant le tribunal d’instruction numéro 53 de Madrid contre l’ordonnance qui a accepté le rejet provisoire et le dossier de l’affaire dans laquelle le message transféré sur une affiche Vox a été dénoncé comme étant le tribunal provincial qui décide de sa nature criminelle. Dans la lettre, présentée ce vendredi, il est précisé que les images, symboles et éléments comparatifs qui apparaissent sur l’affiche sous-tendent l’idée de générer du rejet et de donner une réponse sociale «négative» envers le groupe doublement vulnérable comme les mineurs non accompagnés. étrangers.

Ainsi, le ministère public précise qu’une chose est la « large » liberté d’expression autorisée dans le cadre du discours politique « et une autre est la réalisation d’actes non spécifiques qui provoquent une réaction négative, injuste car discriminatoire et provoquant le rejet d’un collectif concret « . Il comprend que l’utilisation «irresponsable» d’images, de symboles et d’éléments comparatifs qui sont transmis sur l’affiche vise à «générer le rejet et donc l’exclusion sociale de tout un groupe».

L’appel fait valoir que le message diffusé vise à « approfondir l’idée du coût pour la société du maintien d’une région MENA ». Ce qui se passe, c’est que pour atteindre cet objectif, il le confronte à l’image d’un retraité «questionnant ainsi son caractère éthique et juridique».

De plus, pour cela, il transfère une image « totalement préjugée » d’un mineur étranger non accompagné en tant que criminel, « étant donné que l’image d’un jeune à la peau foncée, masquée et cagoulée, est l’image d’un criminel socialement incorporé. .  »

Il écarte également le fait que cette image parmi les inégaux répond au hasard ou au simple hasard puisque, à son avis, elle témoigne «de la recherche d’une réponse sociale négative à l’égard de ce groupe dont les Centres sont destinés à fermer, sous le prétexte de la nature criminelle généralisée. de ces mineurs, qui prétendent rendre impossible la coexistence normalisée dans les zones où ils se trouvent, réalisant ainsi leur déshumanisation individuelle et collective. « 

Le Bureau du procureur insiste sur le fait que la caractérisation d’un mineur non ressortissant comme le montre l’affiche publicitaire, « généralisant la nature criminelle de la région MENA », constitue une stigmatisation « négative, intolérante et préjugée » à l’égard de l’ensemble du groupe qui génère de l’hostilité et un rejet social de ces mineurs. Elle ajoute même qu’elle constitue une atteinte à la dignité de l’ensemble du groupe et qu’elle montre donc que la limite de la liberté d’expression de l’annonceur a été dépassée.

D’autre part, l’appel fait référence au fait que la plainte se limitait au message tiré de l’affiche publicitaire Vox sur l’échangeur de métro de la station Sol. Par conséquent, il explique que « il n’est en aucun cas inconnu que nous sommes dans un contexte de campagne électorale par les élections autonomes de la Communauté de Madrid ».

En fait, il souligne qu ‘ »il n’y a pas la moindre mention dans notre plainte du slogan ou du programme électoral sur la politique d’immigration d’un parti qui participe légitimement aux élections ».

Outre la demande d’estimation de l’appel pour que l’ordonnance soit révoquée, le parquet demande au juge de mener des procédures d’enquête spécifiques sur les faits dénoncés.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page