La technologie

Le parquet de Madrid demande que l’interdiction des manifestations du 8M soit maintenue en raison du « risque » qu’elles présentent

Mis à jour: samedi 6 mars 2021 20:28

Publié le: 06.03.2021 19:17

Le parquet de la Communauté de Madrid a présenté à la Cour supérieure de justice de Madrid (TSJM) ses raisons pour justifier la suspension de toutes les manifestations prévues à l’occasion de 8M, soulignant qu’elles présentent « un risque » pour la santé publique . Dans sa présentation, la représentante du ministère public a également fait valoir que, outre les «besoins impératifs» découlant de la situation sanitaire actuelle, la raison qui a conduit la délégation gouvernementale à interdire les concentrations repose également sur sa propre réglementation. état d’alarme.

A son avis, en autorisant ce type de manifestation en état d’alerte, il y a une « situation de conflit » entre le droit à la vie (art. 15 CE) et à la santé (art. 43 CE) versus le droit de se réunir (art. 21 CE). Ainsi, pour le procureur, il est « approprié » de procéder à un exercice de pondération afin de donner « prévalence » au droit à la vie « , étant donné que le texte constitutionnel lui-même prévoit la possibilité de limiter le droit de réunion dans les cas où il est un danger pour les personnes et les biens ».

De même, il a fait valoir que les concentrations prévues pour le 8 mars « manquent de mesures de sécurité » pour garantir la santé publique « qui est compromise dans la situation actuelle ». En ce sens, il garantit que la mise en place d’un cordon de sécurité composé d’un nombre « réduit » de membres « est, manifestement, insuffisante pour un contrôle basé sur le port du masque et le maintien de la distance interpersonnelle d’un certain nombre de personnes comme indiqué par le promoteur « . Par conséquent, il a considéré que l’interdiction des concentrations était « proportionnée » et « pondérée » compte tenu de la situation actuelle du risque sanitaire sans remettre en cause ni évaluer le traitement discriminatoire à l’égard des concentrations convoquées.

Ainsi, qu’il y ait ou non des manifestations à Madrid ne correspond plus au gouvernement, qui continue néanmoins d’apprécier la question judiciaire des concentrations du 8 mars. La ministre du Travail, Yolanda Díaz, estime que les féministes seront à la hauteur de la tâche le 8 mars: «Soyons responsables et enseignons comment nous, hommes et femmes féministes, sommes capables de revendiquer nos droits en faisant des choses différentes».

De cette manière, il est d’accord avec sa partenaire de coalition, la vice-présidente Carmen Calvo, qui a également insisté sur le fait que la décision de la délégation gouvernementale à Madrid répondait à des critères épidémiologiques: «Si nous avions décidé cela dans toute l’Espagne, quelqu’un pourrait tirer un conclusion Nous ne l’avons décidé que dans le pays qui a le plus mauvais nombre de pandémie.

De son côté, le PP, dans la bouche de Jaime Olano, secrétaire national à la Participation au Parti, a demandé au gouvernement d’aller plus loin et d’interdire toute manifestation par la loi. Quelques heures plus tard, cependant, Cuca Gamarra, porte-parole du populaire, a pointé une alternative: « La question à ne pas interdire est qu’ils ne sont pas convoqués, que d’autres formats sont recherchés. » Cependant, le président galicien Alberto Núñez Feijoó contredit la position de son parti.

« Je suis convaincu que ces revendications peuvent être visibles et prudentes. En se conformant à toutes les mesures, les femmes peuvent dire et exprimer ce qu’elles considèrent », a déclaré le leader de la Xunta de Galicia. Ce n’est pas le moment de manifester dans la rue pour les citoyens. L’adjoint au maire de Madrid, Begoña Villacís, a également demandé des alternatives: « Je crois au droit de manifester, mais aussi au droit de ne pas s’infecter ». Selon les estimations de la délégation gouvernementale, jusqu’à 60 000 personnes pourraient sortir dans les rues de Madrid si les différentes manifestations sont autorisées.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page