La technologie

Le militaire décédé d’un thrombus en Navarre était dû au vaccin AstraZeneca

Publication: lundi 3 mai 2021 13:44

La mort d’un militaire de la caserne d’Aizoáin, en Navarre, était une conséquence de l’administration du vaccin COVID par AstraZeneca, selon la ministre de la Défense, Margarita Robles, qui a rappelé ce lundi ce que concluent les rapports.

« Dans les rapports médicaux qu’ils nous ont remis, il semble qu’il ne fait aucun doute que la conséquence a été l’administration du vaccin », a déclaré le ministre aux médias. Robles a visité lundi le régiment d’infanterie « America » ​​66 de chasseurs de montagne, auquel appartenait le caporal Francisco Pérez, 35 ans, décédé le 23 avril d’une thrombose, quelques jours après avoir été vacciné avec AstraZeneca.

Après sa vaccination, le caporal a souffert de graves maux de tête et d’un inconfort aigu, qui l’ont obligé à se rendre à la trousse de premiers soins et plus tard aux services d’urgence d’un centre de santé, d’où il a été dirigé vers une clinique, où il est décédé quelques jours plus tard. . Au cours de la visite, la ministre, accompagnée de la présidente de l’exécutif navarrais, María Chivite, et du délégué du gouvernement, José Luis Arasti, a présenté ses condoléances à la veuve du soldat décédé et à sa mère.

En outre, après un acte d’hommage aux morts et un défilé dans la caserne, le ministre, avec le général Francisco Javier Varela, a eu une brève rencontre avec les compagnons du caporal, auxquels elle a présenté ses condoléances et les a remerciés pour leur « travail et le dévouement « . Le caporal Francisco Pérez, a commenté la ministre à ses collègues, «nous soutient et nous accompagne tous d’une manière ou d’une autre».

Robles a par la suite fait remarquer aux médias que la mort du militaire « a été une très dure nouvelle », mais, en même temps, il a rappelé qu ‘ »il est important que les gens se font vacciner ». Après avoir souligné que « c’est vrai que c’est très dur et que des situations comme celles-ci se produisent », le ministre a souligné que l’actuelle « est une situation difficile », mais « le vaccin est aussi une assurance ».

La ministre, qui a déclaré que, lors de sa visite, elle avait été informée de «l’illusion» avec laquelle le caporal avait reçu le vaccin, a insisté sur le fait que «d’un point de vue médical, il faut continuer à se faire vacciner, il faut nous encourager « . « Nous voulions être ici pour exprimer notre gratitude, notre affection, et en même temps pour donner cette touche que nous devons vaincre le virus et que la meilleure façon de le vaincre, même s’il y a des moments difficiles et douloureux, est précisément se faire vacciner », a-t-il manifesté.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page