La technologie

Le gouvernement se donne une semaine pour avoir un plan « coordonné » avec toutes les communautés autonomes pour Pâques

Mis à jour: mercredi 3 mars 2021 20:20

Publié le: 03.03.2021 20:13

« Notre objectif est toujours de sauver des vies et non de sauver des semaines. » C’est ainsi que la ministre de la Santé, Carolina Darias, a exprimé explicitement la position «partagée» du gouvernement central et des communautés autonomes au moment de décider quoi faire et ne pas faire pendant la Semaine Sainte.

L’objectif est que les mesures et les restrictions soient « coordonnées » entre toutes les régions, et le terme qui a été donné pour parvenir à ce consensus est d’une semaine, jusqu’à la prochaine réunion du Conseil interterritorial au cours de laquelle il « pourra être ratifié ». La proposition que la Commission de la santé publique présentera dans quelques heures.

Bien qu’il existe déjà des communautés qui ont exprimé leur volonté d’autoriser les sorties et les entrées de leur territoire à ces dates, parmi lesquelles la Communauté de Madrid, Darias a fait remarquer qu’il y a « beaucoup de consensus ». « Le mot qui a été le plus répété a été » prudence «  », a-t-il indiqué à l’issue de la rencontre avec les responsables de la santé dans les régions autonomes.

En faveur de la limitation de la mobilité et des rencontres sociales

Il arrive que bien que la pandémie évolue favorablement, avec une diminution continue de l’incidence accumulée et de la pression hospitalière, l’Espagne n’a toujours pas réussi à atteindre 50 cas pour 100000 habitants – moins de 25 serait déjà considéré comme une situation normale – et les USI ont toujours une grande occupation de patients COVID-19. En ce sens, Darias a été très clair: « Nous ne sommes pas en mesure d’absorber une nouvelle vague car nous avons encore une mauvaise situation dans les USI. »

Pour cette raison, le chef de la santé souhaite que les mesures dont nous savons qu’elles affectent l’endiguement du virus soient adoptées. Il s’agit, principalement, de restreindre les contacts sociaux et de limiter la mobilité, «deux vecteurs qui permettent la propagation du virus».

Avec un « j’espère que la semaine prochaine nous serons en mesure de donner une réponse homogène et conjointe des pays », la ministre a exprimé son plus grand désir qu’il y ait « compréhension » et « que le consensus soit une réalité » lorsqu’elle déclare « des actions coordonnées, ce qui serait obligatoire pour toutes les communautés autonomes », a-t-il rappelé.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page