La technologie

Le Gouvernement demande à la CNMC d’analyser tout comportement irrégulier des compagnies d’électricité avec la nouvelle facture d’électricité

Publié: lundi 07 juin 2021 23:36

Le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique a demandé à la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC), d’analyser tout éventuel comportement irrégulier des opérateurs électriques avant l’entrée en vigueur de la nouvelle structure tarifaire.

Selon des sources du ministère confirmées à laSexta, l’équipe de Teresa Ribera veut détecter s’il y a des malversations sur le marché de l’électricité après l’entrée en vigueur du nouveau tarif d’électricité.

Le Gouvernement avait déjà fait cette demande à la CNMC lors de la hausse du prix de l’électricité en pleine vague de froid due à la tempête Filomena. À l’époque, la Commission nationale des marchés et de la concurrence avait estimé qu’il n’y avait pas d’anomalies dans les prix de l’électricité ou sur le marché de l’électricité.

Le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique a retardé l’entrée en vigueur du nouveau tarif de l’électricité en raison de la pandémie. Ainsi, alors qu’il était prévu début avril, il n’est entré en vigueur que le 1er juin.

Avec cette nouvelle règle, l’Exécutif a promis de récompenser les économies d’énergie, la consommation efficace, l’autoconsommation et de favoriser le déploiement de véhicules électriques pour les consommateurs couverts par le Prix Volontaire pour Petit Consommateur (PVPC). Pour cela, trois tranches horaires sont définies : pic, plaine et vallée.

– La période de pointe, la plus chère, se situe entre 10h et 14h et 18h et 22h.

– La partie plate, avec un coût intermédiaire, se déroulera entre 8h et 10h, 14h et 18h et entre 22h et 12h.

– Le tarif vallée, le moins cher des trois, se situe entre minuit et 8 heures du matin et sera appliqué pendant toutes les heures des week-ends et jours fériés.

Cette structure tarifaire vise à favoriser le transfert de la consommation d’électricité des heures de consommation électrique maximale (heures de pointe) vers d’autres où les réseaux de transport et de distribution sont moins saturés (heures creuses), ce qui réduira la nécessité de transporter de nouveaux investissements dans ces infrastructures.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page