La technologie

Le délégué du gouvernement à Madrid demande à Ayuso de demander un couvre-feu après les dernières foules

Mis à jour: lundi 10 mai 2021 11:48

Publié le: 10.05.2021 11:31

Le délégué gouvernemental de la Communauté de Madrid a demandé à Isabel Díaz Ayuso de demander l’approbation de la justice pour appliquer le couvre-feu. Il l’a fait après les images du week-end dernier, lorsque des milliers de personnes ont inondé le centre de la capitale pour célébrer la fin de l’état d’alarme, provoquant de grandes foules.

En ce sens, Mercedes González a révélé dans des déclarations aux médias que le ministre de la Justice, Enrique López, avait reconnu lors d’une réunion bilatérale que l’exécutif régional envisageait de demander des restrictions de mobilité de nuit après le 9 mai, mais a finalement rejeté l’idée en s’appuyant sur responsabilité des citoyens « .

Certaines déclarations que le conseiller lui-même a qualifiées, s’assurant que ce que l’autorité sanitaire compétente a fait était «d’évaluer tous les scénarios, y compris le couvre-feu». « Notre autorité sanitaire a évalué tous les scénarios, mais compte tenu de l’évolution de la pandémie, il a été préféré d’opter pour un point d’équilibre et de fermer l’activité économique à 00h00 », a-t-il déclaré aux médias.

López s’est également adressé à la déléguée pour lui demander de demander instamment au gouvernement central de procéder à « une réforme législative » concernant les mesures de santé. Quelque chose que, dit-il, «l’exécutif n’a pas fait en 14 mois de pandémie». « Nous demandons au gouvernement une responsabilité conjointe et une collaboration pour faire appliquer la loi car la Communauté de Madrid n’a pas de compétences en matière de sécurité routière ou ne restreint pas un droit fondamental de manière aussi intense », a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent juste deux jours après que des milliers de personnes se sont rendues dans les rues les plus centrales de la ville de Madrid à l’aube du samedi au dimanche pour célébrer la fin de l’état d’alarme. La même chose s’est produite dans le quartier barcelonais de Sarrià, dans lequel les places et les rues étaient bondées.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page