La technologie

La santé ne prolonge pas le délai entre les doses de vaccins Pfizer et Moderna

Publication: mardi 20 avril 2021 19:01

La Commission de la santé publique a décidé de ne pas modifier les délais pour l’administration de la deuxième dose des vaccins Pfizer et Moderna, une proposition qui a été envisagée pour essayer d’augmenter la vaccination de première dose pour les groupes vulnérables.

Selon l’Exécutif, en retardant l’inoculation de la deuxième dose, il serait possible d’avancer dans la vaccination des secteurs prioritaires. Quelque chose que des pays comme le Royaume-Uni, la France, l’Italie, la Finlande, l’Allemagne ou le Danemark sont déjà en train de lancer. Mais, comme l’a confirmé la ministre de la Santé, Carolina Darias, lors de sa comparution à la Commission sénatoriale de la santé et de la consommation, il a finalement été convenu de ne rien modifier sur les doses: «Je suis heureuse que l’intervalle actuel se poursuive car il est plus avantageux. Je suis d’accord pour dire que l’intervalle de dose reste tel quel », a déclaré le ministre.

En ce sens, Darias a considéré que le protocole déjà établi pour administrer les deux doses est l’une des «certitudes» que nous avons dans la stratégie de vaccination. Actuellement, la deuxième injection du vaccin de Moderna est administrée à 28 jours et pour celle de Pfizer, une marge de 21 jours a été établie, suivant les recommandations de la fiche technique des médicaments.

Diverses options ont été soulevées sur la table. La première, pour continuer avec la même séparation entre les première et deuxième doses avec les vaccins ARNm, en suivant la stratégie; le second, augmenter de six à huit semaines l’intervalle de séparation chez les personnes de moins de 79 ans; et le dernier, en augmentant le délai entre les doses pour les personnes de moins de 69 ans sur une période de six à huit semaines.

Mais l’Agence européenne des médicaments (EMA) avait déjà averti que les secondes doses de ces formules ne devraient pas être retardées au-delà des jours désignés. Et c’est qu’ils soulignent que ce n’est qu’en respectant les délais que l’efficacité que le vaccin a enregistré dans les essais cliniques est garantie. « Actuellement, il n’y a pas de données cliniques sur l’efficacité du vaccin lorsqu’il est administré au-delà des intervalles utilisés dans l’essai clinique », a averti le régulateur européen.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page