La technologie

La santé détecte une « réinfection probable » avec la variante brésilienne du coronavirus

Publication: lundi 1 mars 2021 18:38

Le ministère de la Santé a détecté « un cas de réinfection probable » avec la variante brésilienne du coronavirus lors d’une flambée de 11 cas enregistrés en Espagne. C’est ce qu’indique la dernière mise à jour de son rapport sur les variantes du virus jugées importantes pour notre pays, correspondant à ce lundi 1er mars.

Selon le document susmentionné, à ce jour, un total de 17 cas de cette variante, P.1, ont été détectés, dont deux cas isolés, tous deux liés au Brésil, et trois foyers.

Le premier de ces foyers comprend deux cas positifs, et le second, dans lequel le cas possible de réinfection a été détecté, 11 cas. Dans aucune de ces épidémies, un lien avec le Brésil n’a été trouvé. Le troisième, en revanche, est lié à un voyage dans ce pays et laisse deux infections. Cette variante, selon Health, présente une « évasion possible de la réponse immunitaire ».

Variantes britanniques et sud-africaines

En revanche, le rapport montre l’expansion inégale de la variante britannique sur le territoire espagnol: elle varie entre 4% et 64% selon les régions. Selon le Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires (CCAES), le britannique ou B.1.1.7, est « plus transmissible » et « probablement plus meurtrier », même s’il ne semble pas que son échappatoire à l’immunité, soit acquise par une infection ou une vaccination, est important.

Quant à la variante sud-africaine, à ce jour, 54 cas ont été détectés dans notre pays, correspondant à un voyageur d’Afrique du Sud et six foyers.

L’une de ces flambées est liée à un voyage en Tanzanie et les cas sont répartis dans différentes communautés autonomes. Dans une autre des flambées, avec sept cas positifs, aucun lien n’a été identifié avec les zones de forte prévalence de la variante. Les quatre flambées restantes ont été détectées dans la même ville et dans aucune d’elles aucun historique de voyage en Afrique du Sud ou dans d’autres pays de la région n’a été trouvé.

Selon le CCAES, la variante sud-africaine, ou B.1.351, est « probablement plus transmissible » et présente « une possibilité d’échapper à la réponse immunitaire acquise après une infection naturelle ou générée par certains vaccins ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page