La technologie

La santé convoque un conseil interterritorial d’urgence pour décider de reprendre la vaccination avec Astrazeneca

Publication: jeudi 18 mars 2021 17:57

Le Conseil interterritorial du système national de santé a convoqué une réunion d’urgence cet après-midi pour prendre une décision sur le vaccin AstraZeneca après que l’Agence européenne des médicaments (EMA) a conclu que “ses avantages l’emportent sur ses risques”.

L’Espagne est l’un des pays européens qui, avec la France, l’Allemagne ou l’Italie, entre autres, ont suspendu la vaccination avec AstraZeneca après la détection de plusieurs cas de thrombose veineuse cérébrale accompagnée de faibles plaquettes chez certains patients ayant inoculé une dose de ce composé .

Bien qu’il n’ait pas été possible de conclure que ce type de pathologie est causé par l’inoculation, l’Espagne et d’autres pays européens ont pris cette décision par «précaution» et dans le but d’analyser chacun des cas étudiés. Selon la ministre de la Santé, Carolina Darias, la mesure serait en vigueur pendant 15 jours.

Jusqu’à présent, l’Espagne a détecté trois cas de ce type de thrombose rare parmi les plus de 975 000 patients qui avaient reçu une dose du vaccin AstraZeneca. Des cas qui, comme l’a averti hier la ministre Carolina Darias, “par eux-mêmes, bien que peu fréquents, peuvent se produire dans la population générale”.

En ce sens, Darias a déjà envoyé un message de “tranquillité” à la population après la suspension de ce vaccin: “Les vaccins ont été approuvés par l’Agence européenne des médicaments (EMA) car ils sont sûrs, efficaces et sauvent des vies.”

D’autres pays, comme le Royaume-Uni, la Belgique, la Grèce ou l’Australie, ont toujours défendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca. Le Canada l’a même autorisé pour les plus de 65 ans.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page