La technologie

La santé confirme quatre décès dus à des thrombus chez des personnes vaccinées avec AstraZeneca en Espagne

Mis à jour: jeudi 27 mai 2021 19:16

Publié le: 27.05.2021 19:15

Au moins quatre personnes sont décédées en Espagne de thrombus après avoir été vaccinées contre le coronavirus avec AstraZeneca. Cela a été confirmé aux sources de laSexta Health, qui dénombrent 15 cas d’événements thrombotiques qui ont été signalés dans notre pays après l’inoculation de ce vaccin chez des personnes de moins de 60 ans. De plus, un cinquième décès fait l’objet d’une enquête au cas où il pourrait également réagir avec AstraZeneca.

De cette manière, le taux d’incidence est de cinq cas pour chaque million de personnes vaccinées et d’un décès pour chaque million de personnes qui ont reçu ce vaccin en Espagne.

Les mêmes sources confirment que le matin de ce jeudi, il y a eu une réunion avec les coordinateurs de la vaccination, à qui on a demandé de respecter l’accord – ce qui implique de mettre Pfizer ce groupe de personnes de moins de 60 ans dans le caillot a été montré. «Il a été demandé que l’accord soit respecté chez les moins de 60 ans, qui consiste à mettre une seconde dose de Pfizer et non à choisir», maintient Health.

Ils ont insisté sur le fait que le choix de Pfizer a été fait dans le but de «minimiser les risques». Évitez ce patient mort pour chaque million de vaccinés. Et ils soulignent également que l’étude qui a combiné les deux vaccins « a montré que les anticorps les plus importants contre le virus étaient multipliés par 40 ».

Bien que la Commission de la santé publique ait décidé que les moins de 60 ans qui avaient reçu une première dose du vaccin AstraZeneca recevraient une deuxième injection avec Pfizer, Santé a permis à ceux qui le souhaitaient de continuer la vaccination avec AstraZeneca.

Pour cela, ceux qui vont se faire vacciner et qui choisissent de ne pas suivre le protocole établi doivent non seulement le verbaliser mais aussi signer un consentement à être vacciné avec la même marque que la première dose. « Ce n’est pas une question de choix. La décision de la Commission est d’administrer Pfizer et ce serait à ceux qui n’en veulent pas, de pouvoir cliquer sur AstraZeneca », a alors précisé la ministre de la Santé, Carolina Darias.

La réalité est que, ayant déjà entamé la deuxième phase de vaccination de ce groupe, une grande partie des personnes qui vont pour leur deuxième dose demandent que ce soit AstraZeneca. A Murcie, ceux-ci représentent 90% des patients; en Galice, ils atteignent 87%; et en Andalousie, il atteint 99%.

Et avec la demande croissante, des doutes surgissent quant à savoir s’il y aura des doses suffisantes, ce à quoi le ministre de la Santé a déclaré qu ‘ »il ne devrait pas y avoir de pénurie d’approvisionnement ». Lundi prochain, un nouvel envoi arrivera avec 1,3 million de doses de cette marque.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page