La technologie

La réunion de prolongation de l’ERTE se termine sans accord sur les exemptions de sécurité sociale

La réunion tenue ce lundi entre le gouvernement, les employeurs et les syndicats pour prolonger l’ERTE au-delà de l’été – jusqu’au 30 septembre – s’est conclue sans accord.

Comme l’a appris laSexta, les exonérations de cotisations sociales restent une pierre d’achoppement pour parvenir à un consensus avec les agents sociaux sur les dossiers de régulation du travail temporaire, sans qu’aucune des parties n’ait cédé à ce stade pour le moment.

Ainsi, il n’est pas clair que la nouvelle extension de l’ERTE pourrait aller au Conseil des ministres ce mardi, même si les sources consultées par laSexta soulignent que de nouvelles communications ne sont pas exclues tout au long de la nuit pour le faire.

C’est une semaine avant l’expiration de la prorogation actuelle le 31 mai. Des sources du ministère du Travail soulignent que leur partie de l’accord est clôturée, tandis que le ministère de l’Inclusion, de la Sécurité sociale et des Migrations reste ferme dans sa position sur les exemptions.

À cet égard, le désaccord porte sur la proposition du département dirigé par José Luis Escrivá de réduire le montant des exonérations dans le cas des travailleurs qui restent à ERTE et de les augmenter pour ceux qui reprennent l’activité. Les agents sociaux, pour leur part, exigent qu’ils restent tels qu’ils étaient jusqu’à présent.

Dans tous les cas, s’il n’y a pas d’accord dans les prochaines heures, à temps pour le Conseil ordinaire de demain, il est toujours possible que l’exécutif convoque un Conseil des ministres extraordinaire avant lundi prochain, afin de poursuivre les négociations et d’accélérer la date limite. .

Selon les dernières données fournies par le ministre Escrivá lui-même, au 17 mai, il y avait encore 580 000 personnes à ERTE en Espagne, soit près de 19 000 de moins qu’au 11 mai, alors qu’il y en avait 598 729.

Un chiffre en baisse depuis le pic de la troisième vague, lorsque les ERTE couvraient près de 980 000 salariés. Par rapport au maximum lors de la pandémie, atteint en avril 2020, les effectifs d’ERTE ont été réduits d’un peu plus de trois millions de personnes.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page