La technologie

« J’ai été imprudent en disant l’année dernière ce que je recommanderais à mon fils. »

Le directeur du CCAES, Fernando Simón, a reconnu qu’il était peut-être « imprudent » quand, l’année dernière, il a déclaré lors d’une conférence de presse que si son fils lui demandait s’il pouvait assister à la manifestation du 8M, il lui dirait de faire ce qu’il veut. voulait.

« J’ai trois enfants, tous les trois sont très responsables et je n’ai pas la responsabilité de leur dire ce qu’ils doivent ou ne doivent pas faire », a expliqué Simón, qui a assuré qu’il ne dira pas à son fils « quoi dire ou ne pas faire » dire » .

« Et si je vais lui dire qu’il est bien informé, qu’il ne pense pas que les responsabilités de ce qui peut lui arriver sont toujours celles des autres, et qu’il essaie d’être solidaire pour comprendre les risques auxquels il est déjà exposés. ceux qu’il expose aux autres », a-t-il affirmé.

C’est ainsi que l’épidémiologiste a répondu à la question de savoir s’il regrette d’avoir répondu ainsi il y a un an aujourd’hui. « Si mon fils me demande s’il peut aller à la manifestation du 8-M, je lui dirai de faire ce qu’il veut », a déclaré Simón à l’époque.

Concernant les manifestations convoquées à l’occasion de 8M, le médecin a demandé à être « suffisamment raisonnable » pour ne pas assister à des événements dans lesquels la distance de sécurité ne peut être maintenue.

Simón a opté pour « porter atteinte à tout ce qui est possible » tout événement pouvant générer un risque que ces mesures ne puissent pas être respectées. À ce stade, l’épidémiologiste a déclaré que l’Espagne n’est pas en mesure de « favoriser les événements de masse » même s’ils sont autorisés. « Il y a beaucoup de choses qui sont permises et que les gens ne font pas régulièrement, on peut choisir dans de nombreux cas quoi faire ou ne pas faire même si c’est autorisé. Ce n’est pas parce que c’est permis que vous devez le faire. C’est autorisé à divorcer mais pas tout le monde. Le monde divorce », a-t-il déclaré.

« Je m’en fiche que ce soit une manifestation ou pour fêter un match de foot, on peut manifester en respectant les distances, en portant un masque et un gel hydroalcoolique. C’est une question d’attitude de chacun », a-t-il dit.

Bien qu’il ait précisé que certaines concentrations « ont plus de sens que d’autres », l’expert Santé a souligné que « ce n’est pas une question d’affrontements ou de dire ce qui est plus important un match de football ou une manifestation en faveur des droits des femmes », puisque ce qu’il faut faire, à son avis, c’est «d’éviter une situation qui empêche le maintien de la distance de sécurité».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page