La technologie

Ils huent, insultent et menacent le journaliste de laSexta à Ceuta après avoir interrogé Casado sur l’accusation de Cospedal dans ‘Kitchen’

Publié: jeudi 03 juin 2021 17:29

Ceuta est devenue ce jeudi le théâtre de moments de grande tension dus à l’arrivée du président du Parti populaire, Pablo Casado, en pleine escalade verbale entre le Maroc et l’Espagne après l’entrée massive de milliers de migrants dans la ville autonome. Une fois sur place, Casado s’est rendu sur la Plaza de la Constitución avec le président Juan Jesús Vivas (PP), pour effectuer un acte dans lequel il a évité de répondre à propos de la situation à Cospedal.

S’agissant d’un acte tenu en plein air, de nombreux partisans de la formation populaire sont venus écouter son intervention, et n’ont pas hésité à huer et à réprimander les médias présents là-bas lorsqu’ils ont demandé au président du PP un bilan sur la récente mise en examen. de l’ancien secrétaire général du parti et de son mari, Ignacio López del Hierro, pour le complot d’espionnage contre Luis Bárcenas dans le cadre de l’opération « Cuisine ».

Casado se limite à souligner que « son attachement aux valeurs que le PP représente dans son service public est toujours lié à parler » de ce qu’il devrait valoriser, alors qu’il a rappelé qu’il y a quatre mois il avait déjà communiqué qu’il ne donnerait pas de nouveau. explications sur aucun problème passé. Ainsi, à deux reprises, il a refusé de répondre à cette question, ce qui a multiplié les huées envers une journaliste en question, Carla Álvarez, de laSexta.

La tension a augmenté lorsqu’un homme qui était au rassemblement l’a menacée à la fois elle et la caméra, Jesús. Justement, cette personne a touché la cible et l’a menacé : « Est-ce que vous allez continuer à m’enregistrer ? » Le caméraman a répondu : « Je travaille. L’homme a tenté de se rapprocher à plusieurs reprises tandis que d’autres personnes l’ont attrapé et lui ont demandé de se calmer.

Le président Juan Jesús Vivas a atteint le point où la presse était peu de temps après ce qui s’est passé pour s’excuser. C’était à la fin de l’acte. Vivas a approché le journaliste et la caméra laSexta et s’est excusé pour l’attitude des personnes présentes. Cependant, il a demandé que la situation soit comprise, étant donné que Ceuta traverse une période très difficile. Antonio García Ferreras a répondu à cette question.

« Nous, journalistes, sommes très préoccupés par ce qui se passe à Ceuta depuis longtemps et nous sommes très sensibilisés par sa situation, mais nous avons tout le droit du monde de demander au président du PP ce qui se passe avec Cospedal », a déclaré le présentateur d’Al Rojo Vivo, qui a défendu le journaliste et le caméraman et a ajouté : « Celui qui n’aime pas ça, tenez bon ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page