La technologie

Fernando Simón considère qu’il est “faisable” d’assouplir l’utilisation obligatoire des masques dans les espaces ouverts avant juillet

Publié: lundi 31 mai 2021 19:16

Le directeur du Centre de coordination des alertes sanitaires et des urgences (CCAES), Fernando Simón, a évoqué la possibilité d’assouplir l’utilisation obligatoire des masques dans les espaces ouverts à la mi ou fin juin, ou avant que 70% de la population ne soit atteinte vaccinée avec régime complet; l’immunité dite de troupeau ou de groupe, un pourcentage qui, selon le gouvernement, pourrait être atteint le 18 août ou même plus tôt.

C’est ce qu’a déclaré l’expert lors d’une conférence de presse où il a rendu compte de l’évolution de la situation épidémiologique en Espagne. “En principe, si tout se passe comme avant, nous allons atteindre cet objectif assez rapidement, et il est possible que même un peu plus tôt l’utilisation de masques à certains endroits spécifiques ne soit plus nécessaire”, a déclaré Simon, qui a tenu à préciser ses paroles.

“Je ne parlerais pas de les retirer, mais de modifier leur utilisation. C’est quelque chose sur lequel nous travaillons, et nous réfléchissons aux dates.” Quant à savoir quand cette approche pourrait être effective, le haut dirigeant du CCAES a prévenu qu'”elle doit être évaluée avec d’autres paramètres”, ajoutant qu’en tout état de cause elle fait référence à “des lieux ouverts, en extérieur, où les distances peuvent être maintenues”.

Ainsi, pour Simón “si l’évolution continue d’être l’actuelle et que les gens comprennent que des mesures doivent être respectées, la mise en œuvre de cette mesure pourrait “être faisable mi ou fin juin” là où elle n’est pas nécessaire”. Il faut suivre attentivement l’évolution”, a-t-il souligné, soulignant que “bien sûr, fin juillet, en extérieur, il est possible que oui, et en intérieur pour certains groupes spécifiques je pense aussi”.

Masques dans les groupes vaccinés

Justement, l’expert a verbalisé qu’il est possible de commencer à proposer “de ne pas utiliser de masques dans les groupes qui sont entièrement vaccinés”, en prenant le cas des résidences comme exemple : “C’est une des choses que nous devons penser et proposer , mais le problème c’est qu’on parle de modifier une loi”. Comme il l’a précisé, cela “prend” et “le temps doit être calculé”, sans oublier que “cela dépend de l’évolution de l’épidémie en plus des délais de modification de la loi et de la campagne de vaccination”.

Mais seulement sur un territoire ou au niveau national ? “Les différences entre les communautés s’homogénéisent progressivement”, a expliqué Simón, reconnaissant qu'”il viendra un moment où cette proposition aura du sens pour l’appliquer au niveau national”. Cependant, il a prévenu que “si la situation épidémiologique est radicalement différente entre les Communautés autonomes, il faudra la repenser”. Bien qu’il ait déclaré que « l’évolution indique que cela peut être au niveau national » et, personnellement, il croit que ce sera possible.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page