La technologie

ERC rompt les négociations avec JxCat et demande à former seul le gouvernement

Mise à jour: lundi 10 mai 2021 18:10

Publié le: 10.05.2021 18:09

La négociation entre ERC et JxCat pour former un gouvernement passe par ses heures les plus basses au milieu d’un carrefour d’accusations et avec l’ombre de la répétition électorale planant sur la Catalogne. ERC et JxCat assurent que la dernière chose qu’ils veulent est une nouvelle élection, qui se tiendrait en juillet, mais si rien ne change dans les 16 prochains jours, le 26 mai, la date limite pour investir dans un nouveau président expirera et il y aura une nouvelle élection.

La situation est devenue tendue samedi dernier, lorsque le candidat de l’ERC à la présidence de la Generalitat, le Père Aragonès, a annoncé qu’il ne continuerait plus à négocier un gouvernement de coalition avec JxCat. Les républicains ont ainsi montré leur intention unique de gouverner seuls, d’investir d’urgence Aragonès et, tout au long de la législature, d’envisager l’incorporation de JxCat.

Près de trois mois après les élections de la 14F, la porte-parole de l’ERC, Marta Vilalta, a expliqué que son parti se sent « déçu et trompé » par JxCat et, afin de ne pas continuer à retarder la négociation, Esquerra ne cherchera désormais plus qu’un gouvernement seul, avec le support externe de JxCat, de la CUP et des communs. « C’est un pas ferme, pas un geste tactique », a défendu Vilalta.

Mais d’un autre côté, il n’est pas clair que JxCat renoncera à ses voix pour investir dans Aragonès s’il n’y a pas d’accord gouvernemental. A tel point que le secrétaire général de JxCat, Jordi Sànchez, a exhorté ERC à «réorienter» la négociation, à rendre possible un nouveau gouvernement de coalition, et a exclu de «lui donner» des voix pour permettre son investiture.

« Il n’est pas raisonnable que, quand il reste 16 jours avant la date limite, il y ait un écart aussi brusque, qui met clairement tout le travail accompli jusqu’à présent en danger », a déclaré Sànchez dans une interview sur Catalunya Ràdio. De plus, Junts per Catalunya a incorporé de nouvelles conditions, et ne donnerait des voix que si Aragonès conclut un accord gouvernemental avec En Comú Podem qui implique que les communs «acceptent l’indépendance».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page