La technologie

Des agents de santé retraités rejoindront pour faire partie des dispositifs de vaccination et lutter contre la pandémie

Mis à jour: dimanche 21 février 2021 15:43

Publié le: 21.02.2021 15:41

Cristina de la Cámara est médecin généraliste depuis 42 ans et maintenant, à la retraite, elle dit qu’elle n’aurait aucun problème à retourner travailler: «Je pourrais rejoindre et je pense que beaucoup de mes collègues pourraient le faire aussi», dit-elle.

Dans le même ordre d’idées, Isabel Jordán, qui a travaillé comme infirmière pendant 40 ans, estime que les agents de santé à la retraite peuvent aider en ces temps difficiles avec “des campagnes de vaccination et le traitement des patients atteints de covid”.

De nombreuses communautés autonomes ont déjà ouvert la porte à des professionnels, comme eux, qui se reposent après tant d’années à se consacrer aux soins de tous, pour se joindre. Les Asturies, Valence ou Murcie recherchent déjà ces professionnels, bien que chaque territoire fixe ses conditions. En ce sens, Diego Ayuso, secrétaire général du Conseil général des soins infirmiers, souligne que “la situation est irrégulière en Espagne”.

À Madrid, par exemple, ils ont annoncé qu’il s’agirait de personnes de moins de 70 ans, que ce serait un emploi rémunéré et compatible avec la retraite et que leur travail visera les campagnes de vaccination, ainsi que la prise en charge des patients covidés.

«Nous ne pensons pas que des soins en face à face devraient être donnés aux patients, qu’ils soient covidés ou non, en raison du risque que cela pourrait poser pour certains d’entre nous», déclare Cristina de la Cámara, membre des médecins retraités la Société madrilène de médecine familiale SOMAMFYC.

Ainsi, à partir des associations, ils soulignent que si elles sont incorporées, cela doit être sous certaines conditions, telles que «toutes les infirmières sont actives», comme l’indique Ayuso, en plus d’avoir des conditions de sécurité minimales. «Les retraités ne peuvent pas occuper des postes de personnel, mais ils devraient faire un travail de soutien et non face au covid», défend Concha Herranz, médecin de premier recours. L’objectif: garantir avant tout la sécurité de ceux qui ont toujours été à la hauteur de la tâche.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page