La technologie

ce sera le dispositif de police pour éviter les perturbations

Des collectifs antifascistes ont appelé ce samedi à diverses manifestations dans toute l’Espagne, y compris dans la capitale, pour réclamer à nouveau la liberté du rappeur Pablo Hasél après un mois depuis qu’il a été emprisonné pour purger une peine pour exaltation du terrorisme. L’appel, qui est lancé sur les réseaux sociaux, appelle les gens à descendre dans la rue dans diverses parties de l’État. La délégation gouvernementale de Madrid n’a pas reçu de communication de ladite manifestation, ce serait donc illégal, comme l’ont confirmé des sources de la délégation.

«Un jour de plus, nous sommes descendus dans la rue pour revendiquer chacun de nos droits et libertés menacés et réprimés. Nous demandons la liberté de Pablo Hasél et de tous les prisonniers politiques, une amnistie totale!», Déclare l’un des messages de District 104, « Collectif anticapitaliste, antifasciste et anti-patriarcal ». En conséquence, le système de police sera vaste: plus de 500 unités d’intervention policière, plus de 100 unités de prévention et de réaction, 100 policiers du district du centre-ville et des agents de la brigade d’information, selon laSexta.

La marche convoquée partira d’Atocha à 19h00 et atteindra la Plaza de Cibeles, selon l’affiche de la convocation, qui se déroule sous le slogan: «Pour nos droits et libertés. Amnistie totale! Liberté Pablo Hásel ». La manifestation a lieu un mois après que Hásel soit entré en prison le 16 février après avoir été détenu à l’Université de Lleida pour purger une peine de neuf mois de prison pour glorification du terrorisme.

Après l’arrestation, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans toute l’Espagne pour réclamer sa liberté et provoquer des émeutes, notamment à Barcelone et à Madrid. À Madrid, les manifestations, qui n’avaient pas eu l’autorisation de la délégation gouvernementale, se sont terminées avec dix-neuf détenus et 55 blessés, dont plusieurs policiers. De son côté, le ministre de la Justice, de l’Intérieur et des Victimes de la Communauté de Madrid, Enrique López, a exigé que la « gauche radicale » condamne les violences et n’encourage pas les manifestations illégales car il a assuré qu’autrement elle serait « solidairement responsable ». .

Cela a été assuré après que des groupes antifascistes ont appelé ce samedi à diverses manifestations dans toute l’Espagne, y compris dans la capitale, pour réclamer à nouveau la liberté du rappeur Pablo Hasél. « Compte tenu du fait qu’il s’agit de manifestations non légales, tant que l’autorisation n’est pas demandée à la délégation gouvernementale, ce que nous demandons à toutes les forces politiques, et en particulier à la gauche radicale, c’est de condamner tous les actes de violence », a assuré Lopez cette semaine. .

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page