La technologie

« Ce n’est même pas vrai ce qui est exposé dans l’affiche »

Publication: mercredi 21 avril 2021 13:08

Vox est laissé seul dans son discours raciste contre les mineurs non accompagnés. Non seulement le gouvernement central lui a reproché son attitude, tout comme le président de la Communauté de Madrid, assurant que « ce qui est exposé sur l’affiche » placée dans la station Sol « n’est pas vrai ».

Isabel Díaz Ayuso a défendu qu ‘ »il n’est pas vrai que le coût » de ces enfants « soit de 4 000 euros ». Cela a été prononcé un jour après que la formation d’extrême droite ait placé une affiche contenant de fausses données dans la station Sol de Madrid, garantissant que les mineurs non accompagnés reçoivent près de 5000 euros par mois et en la comparant aux pensions de nos aînés.

S’adressant à la « Cadena Ser », la présidente madrilène et candidate du PP pour les élections 4M s’est distancée de Vox, indiquant que « c’est un débat qui n’a pas sa place ». « Tout comme je partage le fait que tous les hommes ne sont pas agressifs parce qu’ils sont des hommes, tous les étrangers ne sont pas des criminels », a-t-il ajouté.

Plaintes auprès du parquet et de la commission électorale

Plus de force ont été montrés de United We Can et More Madrid. Pablo Iglesias a exhorté à ne pas « permettre à ces criminels de régner à Madrid » et a annoncé que son parti « dénoncerait la propagande nazie devant le conseil électoral ». Il l’a dit à travers les réseaux sociaux, appelant à «leur tenir tête» lors des élections du 4 mai.

La formation dirigée par Mónica García a dénoncé au parquet « la publicité Vox qui incite à la haine envers les filles et les garçons de notre région », se référant à l’affiche qu’ils ont placée comme image de campagne. Par ailleurs, il a partagé le message de Pablo Perpinyà, porte-parole de Más Madrid à l’Assemblée, qui a accusé l’extrême droite de « dénoncer les faibles et d’appeler à la haine contre les différents ».

Malgré les critiques, le parti dirigé par Santiago Abascal a continué à défendre son discours raciste lors de la séance de contrôle au Congrès, ainsi que sur les réseaux sociaux.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page