La technologie

Casado refuse de parler de l’accusation de Cospedal dans Kitchen ou pourquoi le PP n’ouvre pas de dossier

Mise à jour : jeudi 03 juin 2021 14:07

Publié: 03.06.2021 14:06

Le président du Parti populaire, Pablo Casado, a évité jeudi de répondre aux questions qui tournaient autour de l’accusation de l’ancienne secrétaire générale de sa formation, María Dolores de Cospedal, car, comme il l’indique, il n’est pas de sa responsabilité « d’évaluer les « pour lequel vous n’avez pas » d’informations.

C’est ce que le leader a exprimé dans des déclarations aux médias lors de sa visite à Ceuta, dans lesquelles il a rappelé qu’il y a quatre mois, il avait déclaré qu’il ne parlerait pas de questions qu’il « n’a pas à » évaluer. Et maintenant, il précise : « Celles-ci n’ont rien à voir avec ma responsabilité et encore moins avec les préoccupations des Espagnols, et le besoin de solutions que nous sommes venus apporter aujourd’hui », a-t-il répondu aux applaudissements des militants, qui en tour à tour hué les interpellations des journalistes.

Plus précisément, certains participants ont lancé leurs huées en soulignant que Casado était venu dans la ville autonome pour parler d’autres sujets. « Je suis tout à fait d’accord avec ces messieurs », a indiqué Casado lui-même.

Pourquoi y avait-il un dossier sur Fernández Díaz et pas sur Cospedal ?

La position de Casado contraste avec les statuts du Parti populaire, qui indiquent que les membres accusés doivent ouvrir un dossier, et avec les solutions prises dans le passé, puisque l’ancien ministre de l’Intérieur, Jorge Fernández Díaz, a ouvert ledit dossier.

En ce sens, la présidente du comité des garanties du PP, Andrea Levy, a expliqué dans des déclarations à laSexta les « différences » entre un cas et l’autre : « Ce que dit le règlement, c’est qu’il s’agit d’une fonction publique, le règlement s’applique, mais en cette affaire n’est pas une fonction publique, ce serait la différence », dit-il.

Ainsi, selon Levy, « Díaz a occupé une position publique », ce qui n’arrive pas actuellement avec Cospedal, et conclut : « Vous n’avez pas à mettre tout le monde dans le même sac ou à faire des procès parallèles pour inculper le PP. au moment, il n’y a pas de décision prise. »

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page