La technologie

Aznar et Rajoy, convoqués le 24 mars comme témoins dans le procès de la case B du PP

Le calendrier complet des témoignages du procès pour les papiers Bárcenas a déjà été établi, dans lequel sont cités, entre autres, les anciens présidents du gouvernement José María Aznar et Mariano Rajoy, qui doivent comparaître devant la Cour nationale le mercredi 24 mars à 12:00 heures.

La veille, María Dolores de Cospedal, Javier Arenas et Francisco Álvarez Cascos témoigneront de l’existence de la case B du Parti populaire. Le 25, ce sera au tour de Rodrigo Rato et Federico Trillo, tandis que celui de Rosalía Iglesias et Ignacio López del Hierro sera le 8 avril.

Ceci est indiqué dans la procédure d’ordonnance de l’avocat de l’administration de la justice, dans laquelle il communique le calendrier fourni par la deuxième section de la chambre criminelle du tribunal national jusqu’au 14 avril prochain pour entendre tous les témoins proposés par les parties.

La phase de témoignage a commencé ce jeudi, lorsque le tribunal a entendu les 10 premiers témoins. De même, il a déjà une vingtaine de personnes désignées pour les deux sessions prévues la semaine prochaine, convoquant lundi 15 mars l’ancien secrétaire général du PP Ángel Acebes et des hommes d’affaires qui apparaissent comme donateurs dans ce que l’on appelle les journaux Bárcenas.

L’attente de leur témoignage s’est accrue après que l’ancien trésorier du PP Luis Bárcenas a affirmé dans une lettre adressée au bureau du procureur anticorruption quelques semaines avant le début du procès et dans sa déclaration en tant qu’accusé que tous, à l’exception d’Aznar, avaient reçu ‘ bonus »de la comptabilité parallèle. De plus, il a directement accusé Rajoy de connaître parfaitement l’existence d’une boîte B.

Ce sera la première fois qu’Aznar – dont la déclaration a été demandée par le parquet populaire exercé par l’Association des avocats démocrates pour l’Europe (Adade) – se présente devant la Cour nationale pour expliquer ce qu’il sait de la prétendue comptabilité parallèle du populaire.

C’est au sein de la commission du Congrès qui enquête sur le prétendu financement illégal du PP, quand il a assuré qu ‘ »il n’y a pas de case B » dans son parti et a nié la collecte ou l’ordre de paiement de primes « illégales » aux dirigeants de l’organisation qu’il présidé entre 1990 et 2004.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page