La technologie

AstraZeneca déclare « qu’il n’y a aucune preuve » que son vaccin augmente le risque de caillots sanguins

Le pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca a assuré ce dimanche qu ‘ »il n’y a aucune preuve » que son vaccin contre le coronavirus provoque un risque accru de caillots sanguins malgré la décision de plusieurs pays de suspendre son utilisation par mesure de précaution. La société affirme avoir effectué « un examen approfondi » des données disponibles sur ceux qui ont reçu le vaccin au Royaume-Uni et dans l’UE.

« Quelque 17 millions de personnes dans l’UE et au Royaume-Uni ont déjà reçu notre vaccin et le nombre de cas de caillots signalés dans ce groupe est inférieur à la moyenne à laquelle on peut s’attendre dans la population générale », a-t-il déclaré. a expliqué le pharmacien dans une déclaration signée par son médecin en chef, Ann Taylor.

« La nature de la pandémie a accru l’attention portée aux cas individuels. Nous allons au-delà des pratiques de sécurité habituelles consistant à suivre les médicaments autorisés sur les cas d’incidents liés aux vaccins pour assurer la sécurité publique », a ajouté Taylor.

L’Irlande et la région italienne du Piémont ont été les dernières à annoncer la suspension de l’utilisation du vaccin AstraZeneca après que l’Autriche, le Danemark, l’Estonie, la Lituanie, la Norvège, l’Islande et la Thaïlande ont fait de même. Cependant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a assuré ce vendredi qu ‘ »il n’y a aucune raison de ne pas utiliser » le vaccin AstraZeneca contre le COVID-19.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page