La technologie

Alberto Rodríguez ne continuera pas dans l’exécutif de Podemos après Vistalegre IV

Publication: jeudi 13 mai 2021 16:05

Le secrétaire de l’Organisation de Podemos, Alberto Rodríguez, a annoncé ce jeudi qu’il n’apparaîtra pas aux primaires de son parti pour faire partie de la nouvelle direction de la formation violette qui sortira du prochain Vistalegre IV, une décision qui a été déconnecté de la procédure judiciaire à son encontre pour avoir prétendument agressé un policier.

« Je pense qu’il est temps de fermer une scène, alors je renonce à me présenter aux primaires pour faire partie de la direction du parti », a-t-il déclaré dans une vidéo qu’il a diffusée sur les réseaux sociaux.

Le député canarien confirme qu’il continuera à travailler depuis son siège au Congrès et souligne qu’il a pris cette décision avant que le parquet de la Cour suprême ne lui demande six mois de prison pour avoir donné des coups de pied à un policier lors d’une manifestation en 2014.

Ainsi, il souligne que sa démission « n’a rien à voir avec l’injustice des persécutions policières et judiciaires » dont il souffre, et proclame que bien qu’ils puissent « le juger mille fois » et « le condamner sans preuves un million de fois », il ne le sera pas. lui faire «modifier ou un centimètre» sa manière de «conquérir les droits et libertés pour atteindre une majorité sociale.

Alberto Rodríguez défend le travail qu’il a réalisé pendant les deux années où il est resté secrétaire de l’Organisation Podemos et se félicite que sa formation ait laissé les « combats internes diffusés aux heures de grande écoute » dans le « coffre » des « mauvais souvenirs » . time », ainsi que« le saignement de l’organisation et la manière de concevoir la politique intérieure comme un tremplin personnel ».

Il souligne également en justifiant sa démission que nous devons tous « faire un pas » pour éviter que quelques-uns « doivent tout donner », comme cela arrive toujours, car « les processus historiques sont imparables », soutient-il. En tout cas, il assure qu’il voit sa décision comme un « processus naturel » et « sans drame » et se souvient qu’il a toujours été conscient que tôt ou tard « il serait temps de se retirer », ce qu’il considère en revanche «sain, juste et naturel dans tout groupe humain» qui veut progresser.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page