La technologie

Ada Colau condamne les émeutes de Barcelone: "La violence n’est jamais le chemin"

La maire de Barcelone, Ada Colau, a lancé ce samedi un appel au calme et à l’unité des partis politiques face aux troubles causés par l’emprisonnement du rappeur Pablo Hasél et a appelé le PSOE à accélérer le traitement. du pardon demandé par United We Can.

Après quatre nuits consécutives d’émeutes à Barcelone et dans d’autres villes, Colau (En Comú Podem) a brièvement comparu devant les médias pour rappeler que manifester est un droit, mais que “les altercations ne sont pas la solution et ne sont pas justifiées”, car elles ne font que nuire aux voisins et aux commerces.

Le maire a également souligné que “la chose la plus grave” qui se soit produite ces jours-ci est qu’un manifestant a perdu la vision d’un œil pendant les manifestations, il est toujours à l’étude s’il s’agit d’un projectile en mousse lancé par les Mossos. “Il n’est pas normal qu’une personne démontre qu’elle perde la vision d’un œil”, a déclaré Colau, qui a demandé la réouverture du débat au Parlement sur l’utilisation de projectiles mousse par la police.

 

Ada Colau a souligné que Pablo Hasel n’aurait pas dû entrer dans la prison, mais a appelé au calme, malgré le fait qu ‘”il y a des raisons de malaise”, et a exhorté les partis politiques à travailler ensemble “pour proposer des solutions”.

“Les institutions doivent travailler ensemble pour proposer des propositions constructives à des problèmes complexes, mais qui ont une solution”, a-t-il souligné. Il a rappelé, en ce sens, qu’Unidos Podemos a enregistré cette semaine auprès du ministère de la Justice la demande de grâce pour Hasel et aussi pour José Miguel Arenas Beltrán, le rappeur des Baléares connu sous le nom de scène de Valtònyc, accusé d’exalter le terrorisme et s’est enfui. en Belgique.

Colau a une nouvelle fois demandé au PSOE, principal parti gouvernemental, de traiter cette grâce de toute urgence, au-delà du fait que toutes les parties conviennent de réformer le code pénal, de dépénaliser des cas comme celui d’Hasel.

Pablo Hasel a été admis en prison pour purger une peine de neuf mois prononcée par la Haute Cour nationale en 2018 pour glorification du terrorisme, pour avoir loué l’ETA et le Grapo sur Twitter en 2014, et qui a été ratifiée par la Cour suprême. La peine initiale était de deux ans, bien que la Cour l’ait abaissée à neuf mois parce que les deux organisations terroristes n’étaient plus actives. Dans la même affaire, Hasel a été condamné à une amende de 24 300 € pour insultes à la Couronne et aux forces de sécurité.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page