La technologie

à la maison à 23h00 et fin du couvre-feu à 00h00

Publication: jeudi 6 mai 2021 14:45

La nuit du samedi au dimanche, quelque chose d’inhabituel va se passer. La population de toutes les régions où le couvre-feu est imposé à 23 heures n’aura qu’à rentrer chez elle pendant soixante minutes. C’est le paradoxe de l’état d’alarme, dont l’origine se trouve au moment où vous avez décidé de l’appliquer.

Cet état d’alarme se termine à 00h00 le 9 mai. Autrement dit, si vous êtes dans la rue à 22h59, vous devrez vous dépêcher de rentrer chez vous. Mais vous devrez y rester un peu de temps (au moins légalement), car une fois que vous êtes entré à minuit, des mesures telles que le couvre-feu, les maximums de groupe et les fermetures de périmètres perdent toute leur validité.

Ce sont les restrictions qui ne sont plus en vigueur

– Couvre-feu: la suspension de la liberté de circulation des personnes la nuit prend fin. Selon l’arrêté royal d’octobre dernier, «la restriction de la mobilité nocturne est considérée comme une mesure proportionnée ayant un impact positif potentiel sur le contrôle de la transmission».

– Fermeture du périmètre: la restriction qui interdit les mouvements injustifiés entre communautés autonomes. C’est une autre règle qui touche à sa fin. De cette manière, contrairement à ce qui est marqué dans le décret, qui garantit «la possibilité de limiter l’entrée et la sortie des territoires des Communautés autonomes et des villes à statut d’autonomie, à partir du 9 mai, à moins qu’une région ne décide de limiter lui-même.

– Nombre maximum de personnes en réunion: c’est une autre des règles principales du décret de l’état d’alarme. Jusqu’à présent, le nombre maximum de personnes pouvant se rassembler dans les espaces publics (à l’intérieur et à l’extérieur) est de six personnes. Mais, comme nous l’avons expliqué, il s’agit d’une restriction entièrement soumise à l’état d’alarme, il n’y aurait donc plus de nombre maximum dans ces cas.

– Limitation à la permanence des personnes dans les lieux de culte. Parallèlement à cela, la dernière norme spécifique incluse dans ledit décret est celle de la limitation des réunions dans les lieux de culte, tels que les églises. Ainsi, il n’y aurait pas non plus de maximum de personnes.

Cependant, la LACC peut demander aux Cours supérieures de justice de prolonger l’une de ces restrictions, ce qui pose déjà des problèmes juridiques et qui, selon certains gouvernements régionaux, laisse leurs dirigeants sans capacité juridique d’agir. De son côté, le gouvernement insiste sur le fait qu’il existe des outils, notamment après avoir modifié le décret-loi et avoir rendu la Cour suprême en mesure de prendre en charge les ressources qui sont dégagées.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page