La technologie

82 sociétés scientifiques exigent que le gouvernement et les communautés autonomes n’arrêtent pas la vaccination et unissent leurs forces pour gérer la pandémie

Publication: vendredi 16 avril 2021 16:34

Au total, 82 sociétés scientifiques nationales, représentant plus de 200 000 professionnels de santé, ont lancé ce vendredi un manifeste commun dans lequel elles demandent au gouvernement et aux communautés autonomes de ne pas arrêter la vaccination et de «s’accorder» sur la maîtrise de la pandémie. «Notre premier et principal message aux autorités politiques est le suivant: vaccinez les citoyens et cet autre: faites-vous vacciner», affirment les scientifiques dans un texte rendu public à la clôture du IIe Congrès national Covid-19 et dans lequel ils exigent que la vaccination n’est pas suspendue « sans observer des critères purement scientifiques ou impulsivement ».

De même, ils demandent que la peur ne soit pas cultivée et insistent sur la nécessité pour les administrations de coordonner leurs politiques et aussi leurs messages pour générer la confiance et transmettre un message « de collaboration et de coopération entre tous comme le meilleur moyen de gagner la pandémie ». « La société appelle à la transparence et à la transparence signifie informer la société des nouvelles preuves qui sont obtenues. Ces nouvelles preuves incorporent des nuances aux messages. Ces nuances sont l’essence même de la connaissance scientifique, mais elles correspondent aux experts, et non aux politiciens. , traduisez ces nuances en recommandations.  »

C’est ainsi que les professionnels de santé représentés par ces sociétés scientifiques l’ont défendu, soulignant combien «a été appris et avancé en un an». Parallèlement à cela, ils se sont engagés dans la recherche pour continuer à « démêler les inconnues en suspens » sur le virus lui-même et aussi sur les vaccins, tels que l’immunité contre les variants, leur capacité à arrêter la transmission de l’infection, l’immunité croisée dans certaines populations, la continuité de symptômes ou le soi-disant Covid-persistant.

La recherche n’est pas basée sur la rhétorique, mais avec des ressources « 

«Nous avons appris beaucoup de choses de cette pandémie, mais peut-être la fondamentale est-elle l’importance stratégique de la recherche», abondent les experts, convaincus que «ce n’est que de la science et de l’innovation que nous pourrions espérer des solutions à cette situation et uniquement de la science et de la technologie. », c’est pourquoi ils ont souligné que« la recherche n’est pas basée sur la rhétorique, mais avec des ressources ».

Après avoir insisté sur le fait que «parier» là-dessus signifie consacrer des ressources, ils ont exigé des administrations publiques un «changement radical de tendance» de l’investissement public pour la R + D + i et ont demandé aux citoyens «de l’exiger», comme le rapporte un manifeste qui insiste également l’importance des politiques de santé publique et souligne que les crises sanitaires «sont mieux résolues sont celles qui sont évitées, car il n’y a pas de système capable de résister à des niveaux de pression sanitaire tels que ceux vécus» ces derniers mois.

Plus de ressources pour le système de santé

Les sociétés scientifiques qui signent le texte demandent également plus de ressources pour les soins primaires et hospitaliers et veillent à ce que la pandémie ait démontré le «rôle clé» que tous les professionnels de santé jouent dans le système de santé et la «nécessité de les renforcer» en leur fournissant les Ressources. qui convient. «Il est nécessaire de corriger les carences chroniques de main-d’œuvre du système national de santé, car, comme dans le cas de la science, l’investissement est engagé dans la santé».

«Et en particulier, avec des investissements dans les ressources humaines», souscrivent les 80 sociétés scientifiques qui ont signé le manifeste, exhortant à continuer d’œuvrer pour le rétablissement «total et complet» du patient qui a surmonté la phase aiguë du Covid-19, agissant contre le conséquences, physiques ou mentales, pouvant découler de l’infection. En matière de gestion de la santé, ils précisent que la pandémie « a conduit à la création de nouvelles modalités de soins », notamment la télématique, qui, à leur avis, « marque sans aucun doute une voie qui continuera d’avancer dans le futur » et s’engagent à « faire face à un débat sur les soins sociaux et de santé pour les personnes âgées ».

De même, ils soulignent que la crise a favorisé une culture de la flexibilité et du travail collaboratif « qui est venu pour durer » et ils soulignent la nécessité d’améliorer la communication des décisions sanitaires, convaincus que cette pandémie a également été une « infodémie et a montré avec une grossièreté extraordinaire à quel point les informations offertes à la population sont sensibles et pertinentes.  »

Un aspect dans lequel, reconnaissent-ils, «nous avons aussi beaucoup à apprendre, scientifiques et agents de santé, le premier, avec des informations compréhensibles, claires, opportunes, pratiques et rigoureuses». « Mais ce ne sera guère utile si nous le faisons si les messages publics sont utilisés comme un bélier politique et non comme un outil de prévention, d’information et de sensibilisation sociale », conclut le manifeste, dont les promoteurs invitent l’ensemble de la société à se joindre à leur initiative. à travers la pétition ouverte sur la plateforme Change.org.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page