La technologie

41% contre contre 21% pour

Publié: jeudi 10 juin 2021 18:35

Jusqu’à 41% des Basques aujourd’hui rejettent l’indépendance du Pays Basque. C’est ce qu’indique le dernier Sociomètre basque publié par le Cabinet de prospection sociologique, une étude qui indique également que seulement 21% de la population est en faveur de la séparation du reste de l’État espagnol. Dans le même temps, un tiers des citoyens (32 %) seraient d’accord ou non avec cette option selon les circonstances.

Les résultats de ce travail, qui s’est déroulé entre le 17 et le 21 mai avec 3 333 entretiens téléphoniques réalisés de manière aléatoire, livre des données très intéressantes et révélatrices, puisqu’il comprend un graphique comme une série historique dans celle de l’évolution des positions enregistrées par le sociomètre peut être observé de 1998 à ce moment. Ainsi, l’ascension fulgurante des Basques qui refusent l’indépendance se confirme.

Si à la fin des années 90 24% soutenaient l’autonomie complète du territoire, plus de 20 ans plus tard cette approche est plus que jamais d’actualité : elle a atteint son maximum historique, s’établissant à 41%. Ce tableau nous permet de vérifier en même temps la croissance soutenue que ce poste a connu au fil du temps, car sauf à des moments précis il n’a cessé de générer des followers.

L’inverse se produit avec l’approche indépendantiste : si en 1998 elle était défendue par 25 % de la population, aujourd’hui cette idée n’attire plus que 21 %. Cependant, dans ce cas, il y a eu une évolution irrégulière, avec des hauts et des bas importants autour de la défense de cette proposition. La preuve : en 2014, 30% de la population était favorable à la séparation du Pays Basque ; à peine deux ans plus tard, en 2016, la valeur historique la plus faible liée à ce poste a été signalée (21 %).

De la même manière, une diminution du nombre de personnes a également été reconnue qui, selon l’étude, seraient d’accord ou non avec l’indépendance selon les circonstances. A la fin des années 90, ils étaient majoritaires (36%). Cependant, au fil des années, de moins en moins ont exprimé des doutes sur cette considération face à la situation politico-économique et sociale du Pays Basque. Ce n’est qu’en 2009 qu’il est revenu pour enregistrer les données les plus similaires à celles indiquées (34 %), bien que plus tard il a continué à baisser à 32 %.

Il est également curieux que ce soit la ligne qui représente ceux qui ne savent pas du tout comment se positionner par rapport à l’idée de l’indépendance du Pays basque. Car depuis 1998, la valeur est pratiquement similaire d’année en année (avec un minimum de 10 % en 2004 et 2005 et un maximum de 16 % en 2019-2020). La surprise vient quand on voit le changement de tendance enregistré au cours des deux dernières années, où les personnes qui « ne savent pas-ne répondent pas » à cette question ne représentent plus que 6% de la population basque.

Politique et démocratie, à l’honneur

Concernant l’intérêt pour la politique, 63% se disent intéressés « peu ou rien », contre 36% qui s’y intéressent beaucoup ou beaucoup. Les deux tiers des Basques avouent également qu’ils ne se sentent pas ou pas très proches des partis politiques, qu’ils suspendent tous dans les notes que les enquêtés leur remettent. Le score le plus élevé est obtenu par le PNV (4,8 points sur 10), suivi par le PSE-EE (3,9), EH Bildu (3,7) et Elkarrekin Podemos (3,5). Les moins valorisés sont PP + Ciudadanos (1,8) et Vox (0,7).

Du côté des leaders politiques, le Lehendakari, Iñigo Urkullu, a obtenu un 5,3, suivi du porte-parole parlementaire d’EH Bildu, Maddalen Iriarte (5). Viennent ensuite Idoia Mendia (PSE-EE) avec 4,6, Miren Gorrotxategi d’Elkarrekin Podemos (4,5) et enfin Amaia Martínez de Vox (2,3) et Carlos Iturgaiz de PP + Cs (2,0). Malgré ces résultats, 53% de la population est très ou assez satisfaite du fonctionnement de la démocratie au Pays Basque, un pourcentage qui tombe à 23% en termes de fonctionnement en Espagne.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page